Review

Label : Unique Records

The Sweet Vandals signe ici son 3ème album et c’est plutôt une bonne nouvelle. D’une part parce que cela montre la vivacité des groupes deep funk européens qui arrivent désormais à se construire une identité sur la durée, et d’autre part parce le public semble être de plus en plus nombreux, à solliciter le renouveau de la soul  sur le Vieux Continent.
De retour avec la même équipe, la chanteuse Mayka Edjo en tête reconnaissable avec son timbre de voix, et ses intonations hispanisantes, l’ensemble est bien en place et distille les morceaux avec professionnalisme et maitrise.

Dès l’introduction « Change », on reprend le combo là où on l’ avait laissé avec « Lovelite ». La guitare et l’orgue hammond (une des marques de fabrique du groupe) se marient à  merveille et l’harmonie du morceau est renforcée par la voix de Mayka. C’est encore plus percutant sur « Listen for a while » qui démarre comme une ballade soul et qui s’envole de façon tonitruante vers un uptempo endiablé. Le côté deep funk est également terriblement efficace sur des titres comme « Move it on », « Tiger »,  ou « You reap what you sow ». Le groupe ajoute parfois une touche de soul jazz sur des titres comme « Burning » ou « In transit » mais sans dénaturer son propos et son esprit.

Au final cet LP rempli son contrat mais est sans surprise. Fidèle à sa réputation, le groupe l’un des plus importants du genre en Europe, fidélisé aussi son public grace à ses prestations live. D’ailleurs ce n’est pas un hasard si ils ont été programmés parmi les têtes d’affiche de l’édition 2011 du Saint Paul Soul Jazz Festival.  ! So clear !



About the Author

Boogie Bass
Co-créateur du webzine Fonkadelica, Boogie Bass est également responsable de l'emission de radio du même nom et dee jay à ses heures perdues (premières parties de Keziah Jones, Macéo Parker, Souljazz Orchestra, The Excitements, Amp Fiddler...).