Review

Label : Smooch Records

S

i vous aimez Incognito ou les Brand New Heavies, alors nul doute que ce groupe est fait pour vous ! Crée autour de Louise Pollock et de Winston Rollins en 2004, Real a finalisé son album fin 2005, disponible au départ qu’au Japon, où celui-ci a atteint la sixième place des charts Jazz. Il faut dire que Winston n’est pas un amateur et qu’il a fait ses classes à bonne école. Musicien ( trombone, son instrument de prédiléction mais aussi le clavier et la basse), il est aussi auteur, compositeur, producteur et arrangeur. Il a aussi surtout joué aux côtés de Jamiroquai, Aswad, Courtney Pine, Incognito et Brand New Heavies justement ! On comprend mieux ! Quant à Louise, on a pu l’entendre dans un registre plus dance sous le nom de Myla.

C’est donc avec cette riche expérience accumulée que nos deux protagonistes ont signé ce premier essai, sacrément réussi ma fois. A la première écoute deux morceaux semblent être des hits incontournables. Tout d’abord le titre d’introduction « In the sky ». Véritable appel au dancefloor, il nous fait nous plonger plusieurs années en arrière, à une époque ou le mouvement acid jazz regorgeait de pépites ! Et le titre éponyme « Give me a reason » pourrait très bien faire partie du registre d’Incognito, parmis les morceaux plus punchy (voir house) du groupe. Dans les autres perles on notera également « Never, never » ou « Message ». L’ensemble de l’album est de tout façon bien fait et oscille entre influences acid jazz et classicisme soul à l’anglaise.

Le groupe prolifique ne s’est pas arrêté là pas là puisqu’ un album de remixes a vu le jour dans la foulée avec des gens comme Mark de Clive-Lowe, YamWho?, M-Swift, RedChillie…et sera disponible aussi bien qu’en cd qu’en vinyl. En attendant n’oubliez pas de pencher une oreille attentive sur « Give me a reason » vous devriez rapidement être conquis !



About the Author

Boogie Bass
Co-créateur du webzine Fonkadelica, Boogie Bass est également responsable de l'emission de radio du même nom et dee jay à ses heures perdues (premières parties de Keziah Jones, Macéo Parker, Souljazz Orchestra, The Excitements, Amp Fiddler...).