Review

Label : Glider Media Group Record

Everyday Is Gonna Be The Day est le second album de Luca Sapio, chanteur soul qui s’est fait remarquer il y a trois ans avec son premier album « Who Knows ». Ce dernier lui a ouvert les salles d’Europe avec une tournée à travers l’Autriche, la Suisse et l’Allemagne. Arrangé et produit par le talentueux Thomas Brenneck, qui a aussi travaillé entre autre avec Charles Bradley et The Budos Band, ce deuxième album est une très bonne surprise ! A noter également que celui-ci a été enregistré de façon live, directement sur bandes, avec le groupe The Dark Shadows entre le studio Daptone de Brooklyn et le Diamond Mine de New York.

Et bien une bonne nouvelle pour commencer : notre cher crooner italien est bourré de talent !  Everyday Is Gonna Be The Day  se révèle être un album riche, subtil et onirique. Une bonne claque musicale qui donne envie de se replonger dans la bonne vieille soul psychédélique des années 60. Ce deuxième album s’écoute partout, à toutes les sauces. On peut l’écouter en déjeunant, en bossant ou en sirotant une bière. Petit conseil : au réveil, ça booste pour la journée complète ! Le mélange entre soul gospel et blues, fonctionne à merveille. La voix mature de Luca Sapio, bluesman à ses débuts, s’accorde parfaitement tout au long de l’album avec les musiciens new-yorkais psychédéliques, The Dark Shadows. Le son est neuf mais aussi vintage, l’analogique de Daptone y est surement pour quelque chose. Classe !

Si l’on rentre dans le vif du sujet on se rend compte que ce deuxième opus est plutôt homogène, bien équilibré, harmonieux. « Someone » introduit l’introduit avec une soul mélancolique prenante, l’orgue vintage est bien mis en avant. La voix de Luca Sapio, chaude et sensuelle, nous fait rentrer directement dans son univers. « Dark Shadows » reste dans le même ton et nous offre un joli solo de guitare nous emmenant dans une sorte de rêve psychédélique. « Nobody Knows », plus pêchu, accélère le mouvement. Le rythme est soutenu et l’alternance entre la voix de Luca Sapio et du chœur colle parfaitement. Comme sur tout l’album d’ailleurs. « All Around Me » poursuit dans la veine rythmée et donne envie de taper du pied et d’aller se déhancher sur les pistes de danse. « Lawbreakers » est un bel hommage au blues avec un rythme proche du shuffle et une bonne voix bien masculine, rocailleuse comme le blues.

Pour résumer ce bel album, on peut considérer Everyday Is Gonna Be The Day  comme un pari réussi. Il existe des chanteurs de blues et des chanteurs de soul. Luca Sapio, lui, a la chance de chanter dans ces deux registres. Et cette particularité, il l’insuffle avec talent ici même. Alors chapeau, Monsieur Sapio. Et je crois que l’on peut même dire, sans l’ombre d’un doute, à bientôt pour de prochaines aventures musicales !

 



About the Author

Guillaume
Bibliothécaire à certaines heures, digger de temps à autre, j’ai découvert le funk dans les vides-greniers à la recherche de fameuses galettes. Amateur de tous types de musiques, notamment électroniques, j’anime l’émission Zic en Stock, sur radio G !, une radio associative et alternative angevine ! Je suis aussi fan de science-fiction mais ça c’est une autre histoire !