Review

Label : ESC Records

L

es McCann fait partie de ces musiciens majeurs de l’histoire de la musique surtout jazz, soul-jazz et jazz-funk !  Pianiste et claviériste autodidacte, il a côtoyé les plus grands : Eddie Harris, Miles Davis, Roberta Flack, Lou Rawls…
 Sur cet album sorti en 2002, qui marquait son grand retour dans le nouveau millénaire, on est à la fois proche et un peu éloigné dans ses grandes productions d’antan. Plus installé dans des productions mainstream, on est pas loin dans l’esprit de ce qu’a pu faire Macéo Parker ces dernières années. D’ailleurs ce n’est sûrement pas un hasard si ce dernier vient en renfort sur le morceau  » Funk it (let the music play) « . Mais Macéo n’est pas le seul invité puisque l’on y trouve également d’autres personnes qui ont marqués l’histoire de la soul, du funk ou du jazz comme Billy Preston, Marcus Miller, Dianne Reeves, Bill Evans…

L’album commence avec le titre éponyme :  » Pump it up «  (non ce n’est pas une reprise des Trouble Funk !). Rythmique mid-tempo, orgue en arrière fond et cuivres qui accompagnent le tout pour une introduction suave et sensuelle qui inspire le meilleur. On continue avec le titre «  Buckshot and Lefonque « , un hommage au groupe du musicien touche à tout du jazz, Brandford Marsalis, Buckshot Lefonque (on s’en serait douté !). On reste dans la même veine avec un groove qui vous fait onduler mais sans vous faire sauter au plafond. »Let it ride » ensuite et son orgue tout en avant vous amène directement dans les sphères jazz-funk de 1er choix accompagné d’une guitare rythmique également bien funky et d’un refrain facilement mémorisable. « I can’t stand it » est élaboré autour d’une ligne de basse du plus bel effet alors que « So what » se la joue blues funky dans la veine d’un Lucky Peterson. Et là pof on tombe en plein dans une ballade qui n’est pas sans me rappeler ce qu’à pu faire Ray Charles ces dernières années. Ouaih bof ! D’ailleurs le morceau « The truth » est dans la même veine plutôt mou du genoux ! Ca repart doucement avec « Daylight » mais c’est surtout le bouquet final avec Macéo Parker en featuring sur le bien nommé « Funk it » donc qui met le feu au poudre ! Rythmique rentre-dedans, basse sautillante, guitare rythmique du plus effet et bien sur un Macéo qui une fois de plus fait son show ! Et ça bastonne dur comme à la grande époque des JB’s ! Mais bon sang il n’est jamais fatigué à son âge ! Et bien tant mieux car nous on en redemande.

 Sans être son chef d’œuvre absolu, on redécouvre avec plaisir le talent de cette légende du jazz qui montre que des années d’expérience savent aussi faire la différence ! Bien entouré sur cet opus, il semble prendre plaisir à jouer et à le partager avec tous ceux qui voudront bien l’écouter ! Si ce n’est déjà fait vous n’avez plus qu’à en faire partie !

 >> En savoir plus sur Les McCann



About the Author

Boogie Bass
Co-créateur du webzine Fonkadelica, Boogie Bass est également responsable de l'emission de radio du même nom et dee jay à ses heures perdues (premières parties de Keziah Jones, Macéo Parker, Souljazz Orchestra, The Excitements, Amp Fiddler...).