Review

Label : Freestyle Records

L

e noyau dur d’Afro Elements est composé du trio : Simon T.Bramley à la basse, Phil Nelson à la batterie et Neil Burditt aux claviers. Un trio qui s’enrichit de cuivres, de percussions, de guitare et choristes dans sa version live. Le groupe s’est formé en 1995 à Leicester, au Royaume Uni. En 1997, ils sortent le titre « Casa del ritmo » sur la compilation « A taste of internal bass » du label Internal Bass. Un second titre suivra sur un deuxième volume du label : « It remains to be seen », également présent sur le premier E.P du groupe « Chocolat E.P ». En 2000 la compilation « Nude Dimensions 2 » du célèbre label de deep house Naked Music, remet au goût du jour le morceau « Chocolat » avec le remix de Mr Gone ! (Mr Gone’s Club Sandwich) et permet au trio d’avoir plus de visibilité et un début de reconnaissance. Après une pause et quelques participations en tant que backing band de Mr.Gone, une partie du groupe s’investit dans le projet de Black Gold Massive avec l’album « Stories » en compagnie de Cindy Mizelle au chant en proposant un LP acid jazz, sous estimé à sa sortie ! Puis les membres du groupe repartiront en tournée avec des pointures du jazz funk comme Reuben Wilson, Eddie Henderson ou encore Gary Bartz, avant d’apparaître en tant que remixeur pour le morceau « Wildfire Woman »(Afro Elements Jazzin’Bossa Mix) de Down to The Bone. 2007 marque l’année du grand retour avec la sortie de cet album « It remains to be seen » d’abord de façon confidentielle au Japon au printemps, puis en signant avec Freestyle Records une sortie digne de ce nom. Le 45t « Stop you’re killing me » en prémice, a confirmé largement la qualité de ce groupe !

A la fois composé des premiers morceaux du groupe sortis à la fin des 90’s mais aussi de productions récentes, l’album garde une agréable homogénéité due aux influences du groupe qui ne nous sont pas étrangères : Incognito en premier lieu à qui l’on pense spontanément mais aussi Herbie Hancock, George Duke, Earth Wind & Fire, les Masters At Work ou encore l’organiste Jeff Lorber. Ce dernier d’ailleurs n’a pas inspiré que la musique d’Afro Elements puisque la pochette de cet album est un ersatz du LP « Wizard Island » de The Jeff Lorber Fusion sorti en 1980. Il est de plus présent en featuring au Fender Rhodes sur le titre « Volcano ». Les inspirations sont donc largement assumées, et au premier abord l’album semble largement influencé par le courant acid jazz. C’est évident sur des titres comme « It remains to be seen » (datant ceci dit de 1998), « The Things you do » feat. Gerry Williams, « Volcano”,Four letter word”, ou « Stop You’re killing me » pour ne citer que les titres les plus parlants ! Mais loin de s’embourber dans un registre monotone, le trio dévie allègrement vers des sons plus deep house : « Think » feat. Heidi Vogel, « Juju », « Lift your life » ou « Chocolat » voire brésiliens avec « Latinspiration ».

Voici en tous cas une des très bonnes surprises de l’année 2008, tant cet album est frais, revigorant ! Toutes les personnes sensibles au genre, à qui j’ai pu le faire écouter ont adoré « It remains to be seen » ! Vous aussi laissez vous déborder par l’énergie de ces anglais, qui ne vous laisseront pas indifférents !

>> Site

 



About the Author

Boogie Bass
Co-créateur du webzine Fonkadelica, Boogie Bass est également responsable de l'emission de radio du même nom et dee jay à ses heures perdues (premières parties de Keziah Jones, Macéo Parker, Souljazz Orchestra, The Excitements, Amp Fiddler...).