Review

Lorsqu’une bonne compilation thématique voit le jour on attend toujours la suite avec impatience ! Hot Casa Records et ses deux protagonistes Julien Lebrun et Afrobrazilero ont exaucé notre voeux en donnant un volume 2 aux aventures des « Ivory Coast Soul«  sorti en 2010. En explorant les années 1976 à 1981, le duo a voulu proposer une sélection de titres ayant fait la richesse musicale de la Côté d’Ivoire et en particulier de sa capitale Abidjan. Si les années 60 et le début des années 70 avaient marqué une forte influence de la musique américaine et européenne : soul, funk, rock, jerk, pop…laissant certains critiques locaux, dubitatifs sur l’avenir de la musique authentique du pays, l’après 75 est marqué surtout par l’aura d’un homme : Fela ! L’Afrobeat devint une des références de nombreux pays de l’Afrique de l’Ouest, la Côté d’Ivoire ne faisant pas exception ! Un certain nombre de musiciens ivoiriens ont d’ailleurs été s’immerger au coeur de Lagos et de sa culture, pour retenir l’essence même du phénomène Kuti.

C’est donc un peu de cette influence que l’on retrouve sur cette compilation mais pas seulement car l’occident marque encore de son empreinte les oreilles de la population d’Abidjan ! En premier lieu le disco, véritable phénomène mondial qui n’épargne pas l’Afrique ! L’afro-disco de The Sumo Brothers est une des bombes de cet album ! Avec « I love music » le groupe rend hommage aux artistes locaux mais aussi aux stars que sont James Brown, Curtis Mayfield ou Manu Dibango ! Un titre très communicatif ! C’est également le cas du très dansant « Mansou Djouwi » de Houon Pierre et sa ligne de basse imparable qui donne la change à ses cuivres très groovy. Pour rester dans cet esprit afro-disco on retiendra également le titre de Nguenang « Wouck » .
Mais loin de donner l’impression que la fin des 70’s est monopolisée, par des sonorités discoïsantes, c’est la diversité des influences de l’époque que l’on retrouve ici : le highlife avec le titre de Docteur Apiah Morroh sur le titre « Man Moeu », l’afro-jazz sur le titre « Ye Man Noun » de Pierre Antoine, ou « Key Len Fecce » de Wey Len Nobel avec ses sonorités latines. Mais c’est bien sur l’afrobeat qui transpire sur une grande majorité des titres, l’influence de Lagos étant omniprésente à l’époque.

Au final « Ivory Coast Soul vol.2 » est une très bonne suite de la première mouture, avec des titres qui créent vraiment la surprise, et d’autres un peu plus classiques. C’est en tout cas ici encore un vrai travail d’orfèvre proposé par nos diggers passionnés, avec un livret détaillé et pointu sur l’histoire de la musique de la Côté d’Ivoire et sur chacun des artistes présents sur cette compil. Les amateurs du genre apprecieront forcément, et se délecteront de cette sélection en attendant le volume 3 !

 

Et toujours disponible le « Ivory Coast vol.1 »



About the Author

Boogie Bass
Co-créateur du webzine Fonkadelica, Boogie Bass est également responsable de l'emission de radio du même nom et dee jay à ses heures perdues (premières parties de Keziah Jones, Macéo Parker, Souljazz Orchestra, The Excitements, Amp Fiddler...).