Review

Label : Daptone Records

La célèbre maison de disques de Brooklyn Daptone Records pourra désormais compter parmi son excellent catalogue une nouvelle formation instrumentale aux sonorités 70’s baptisée The Olympians. Dirigé par le pianiste et vibraphoniste Toby Pazner, le projet s’inscrit dans la lignée des orchestres de l’écurie new-yorkaise Menahan Street Band et The Budos Band(dont certains membres se retrouvent embarqués ici), à la différence que son leader se focalise davantage sur une empreinte sonore soul jazz directement héritée de la Motown, évitant toutes contaminations aux beats afro de Fela ou aux grooves éthio de Mulatu.

En 2008, le groupe nous offrait déjà un avant-goût de sa signature avec le 45t « How Can I Love You (Now That You’re Gone) » publié chez Truth & Soul, disparu aujourd’hui. L’album au titre éponyme se compose de 11 pièces somptueuses et majestueuses servies par l’élite de la famille Daptone, à savoir les musiciens de Lee Fields, Sharon JonesCharles Bradley. S’y côtoient ainsi Thomas Brenneck à la guitare, Dave Guy à la trompette, Leon Michels et Neal Sugarman aux saxophones, Nicholas Movshon à la basse, Homer Steinweiss et Evan Pazner à la batterie, lesquels sont rejoints par des violonistes, violoncellistes et harpistes. Une équipe de haut vol managée par Michael Leonhart, ayant œuvré à la direction musicale, aux arrangements ou à la trompette aux côtés de Donald Fagen, Mark Ronson, David Byrne, Meryl Streep, Aloe Blacc, Yoko Ono, Rufus Wainwright… J’en passe et des meilleurs.

Souhaitant raconter l‘histoire des dieux de l’Olympe après avoir été inspiré par un mystérieux messager venu hanter ses nuits lors d’une tournée dans les îles grecques, Toby a imaginé la bande-son de cette aventure mystique, un joyau instrumental d’une quarantaine de minutes à peine (seul regret) qui personnellement me fait plus penser à Lalo Schifrin ou à la musique d’un film de la période Blaxploitation façon Curtis Mayfield ou Isaac Hayes (« Sirens Of Jupiter » par exemple) plutôt qu’à un hommage au panthéon gréco-romain, bien que j’admette que des morceaux comme « Apollo’s Mood »,« Neptune » ou « Europa and the Bull » nous fassent prendre de la hauteur… Un petit faible pour la ballade intimiste et mélancolique « Pluto’s Lament ».

Gros coup de cœur pour ce très bel effort…!

 



About the Author

Dj HIKO
Dj HIKO est un grand amateur de tous les grooves et musiques du monde. DJ et passionné habitant du PACA, il rejoint l'équipe fonkadelica, pour de belles chroniques ...