Review

Label : Daptone

T

he Budos Band : derrière ce nom un peu étrange se cache, un combo efficace composé de douze musiciens (mais à dimension variable), mené de main de maître  par Thomas Brenneck également guitariste au sein des Dap-Kings depuis leur deuxième album avec Sharon Jones. Ces new yorkais, ont réunis leur passion commune des sons afro-beat inspirés par Fela avec l’ethio-jazz, la soul, funk et le jazz. Après s’être fait appelés Los Barbudos, ils ont finalement adopté le nom de The Budos Band. Il rejoigne donc la scène américaine devenu en peu d’année la place forte de l’afro beat : Antibalas, The Daktaris, Kokolo Afrobeat Orchestra, Akoya Afrobeat Ensemble, Ikuwnga…autant de noms qui nous viennent d’Outre-Atlantique

 Et au programme du premier album éponyme de The Budos band, on trouve donc 11 titres d’afro-soul efficaces exclusivement instrumentaux. En effet là où l’afro beat traditionnel, travaille ses compositions sur la longueur en vous amenant progressivement vers une transe hypnotique, l’afro de The Budos Band joue sur l’efficacité d’un morceau, sans y ajouter de fioriture. Les morceaux ne dépassent généralement pas les quatre minutes (mise à part le titre « Monkey See, Monkey do » plus long ). Percussions et cuivres sont bien sur des ingrédients omniprésents et indispensables pour faire monter la sauce et faire une bonne recette digne de ce nom ! Et d’ailleurs les influences afro-beat sont largement digérées sur la majorité des titres (« Up from the south », « T.I.B.W.F », « Budos Theme »,  « Aynotchecsh Yerefu », « The volcano song ») mais des sonorités plus soul-funk peuvent prendre le dessus parfois (« Ghost Walk » ou la reprise de Sly & the Family Stone « Sing a simple song ») voire latino (« Monkey see, monkey do »). L’esprit ethio-jazz n’est pas loin notamment avec l’utilisation du saxophone baryton de Jared Tankel. Les ambiances semblent parfois un peu sombres ! La passion du groupe pour Black Sabbath y est peut-être pour quelque chose !

Au final voici un album extrêmement réussi qui risque de devenir une des références du genre ! En tous cas que vous ayez déjà franchi les portes des sonorités afro ou que vous vouliez vous y initier, The Budos Band reste un bon moyen de franchir le cap, une véritable passerelle pour passer en quelque sorte de l’autre côté de la puissance afro-beat et en devenir un adorateur ! Ca y’est vous êtes possédés ! 😉

 >> Leur discographie
>>  Le site officiel



About the Author

Boogie Bass
Co-créateur du webzine Fonkadelica, Boogie Bass est également responsable de l'emission de radio du même nom et dee jay à ses heures perdues (premières parties de Keziah Jones, Macéo Parker, Souljazz Orchestra, The Excitements, Amp Fiddler...).