Review

Label : Socadisc

Tarace Boulba est une fanfare funk qui regroupe sur scène une trentaine de musiciens (principalement aux cuivres) mais qui est constituée en réalité d’une centaine de musiciens ! En effet, Tarace Boulba n’est pas seulement une fanfare funk mais aussi une association (de type 1901) qui aide des gens à faire de la musique ou supporte des autres associations de solidarité. Cet album est leur second et il regorge d’enthousiasme. Les chansons sont légeres et entrainantes mais aussi parfois plus ou moins engagés, comme « Chelou » ou bien « Désarmez » qui parlent de la montée du FN en France ou du problème de la police en Banlieue… Mais tout cela sans oublier de faire la fête et faire passer un message positif.

Coté musique, un bon groove est assuré par le Stick, étrange instrument qui est un mélange hybride entre une basse et une guitare et qui se joue en tapping. le rythme est soutenu par une batterie sautillante et des percus qui viennent la relevée. Les cuivres sont omniprésentes et jouent les mélodies principales à l’unisson, le tout est ponctué par des solos de sax, de trompettes et de trombonnes joués par les plus habiles des musiciens. Les voix sont chantées souvent par la même chanteuse même si d’autres peuvent intervenir mais on entend tous les autres musiciens supporter les solos et les refrains de leurs exclamations, sifflets et autres cris ! Excellente idée car on a l’impression que le groupe est proche de nous et cela le rend extrement convivial dès la première écoute !

On retiendra comme titres les plus attachants : « Camel (marching » qui débute l’album par une montée des cuivres du plus bel effet. « Non rien » et son refrain entetant et au groove imparable ! « Le soleil » avec ses accents arabisans nous fait donne de la chaleur ! « Amazir » qui se rapproche de « Non rien » par son entetement est tout aussi de très bonne facture, et on entend encore l’influence du Mahgreb ce qui donne un très bon mélange !

Je vous laisse le plaisir de découvrir les autres titres ! « Une fois encore… » prouve encore une fois que le funk français par sa diversité apporte de bonnes vibrations à nos oreilles, on notera pour conclure que cet album est riche en mélodies, en groove et en chaleur. Le seul reproche à faire serait peut-être que le format de fanfare peut facilement être limité dans les arrangements même si l’ouverture musicale de Tarace Boulba tend à prouver le contraire.

>> En savoir plus

>> Site



About the Author

Da Funk Doctor