Review

Label : Daptone

Alors que 2012 marque le 10ème anniversaire du label Daptone, ce n’est surement pas un hasard si Neal Sugarman (co-createur du label avec Gabe Roth) et ses compagnons de route sortent ce 4ème opus. au même moment ! Souvenez-vous en 2002 leur avant dernier LP « Pure Cane Sugar » avait invité des artistes aujourd’hui devenus des figures de proue de l’écurie Daptone et du label ami Truth & Soul : Charles Bradley, Naomi Davis et Lee Fields ! Et puis plus rien ou presque ! Un 45t « Stand up » était sorti en 2006 avec Lee Fields mais pas d’album concret à se mettre sous la dent, Neal étant trop occupé surement dans son rôle de boss et de saxophoniste des Dap-Kings !

C’est donc avec une certaine fébrilité que l’arrivée de ce nouveau simple s’est fait ressentir. Première constatation cette fois ci l’album est entièrement instrumental. Il règne une ambiance soul jazz caractéristique des 60’s et l’orgue Hammond d’Adam Scone est largement mis en avant ! On pense à des références évidentes comme Booker T Jones, Jimmy Smith ou encore Brother Jack McDuff sur des titres comme « Your friendly neighborhood Sugarman », « Witches boogaloo » , “Brother T” ou la reprise de JJ JacksonBut it’s alright” ! Puisque l’on parle de reprises justement celle du classique de Burt Bacharach « What the world needs now » est proposée dans une version mid-tempo que l’on aurait pu imaginer être inventée par les Sugarman Three tout comme « Dirty Water » une cover d’un groupe rock garage des 60’s The Standells, revisitée aussi dans un esprit beaucoup plus groovy !
La batterie de Rudy Albin est aussi très présente tout le comme le saxophone de Neal Sugarman et des compositions plus brutes aux breakbeats bien sentis comme « Rudy’s intervention » ou « Got to get back to my baby » nous montre que le combo n’est pas monomaniaque ! Ce dernier titre d’ailleurs a des réminiscences de Menahan Street Band qui n’est pas pour nous déplaire !

« What the world needs now » a été réalisé en quatre jours ! Comme quoi un bon album n’a pas besoin d’être macéré pendant des mois voire des années pour nous apporter beaucoup de plaisir et devenir un futur classique. On espère juste qu’il ne faudra pas attendre 10 ans pour qu’il y’ait une suite à ce « What the world needs now » !

>> Leur discographie


 



About the Author

Boogie Bass
Co-créateur du webzine Fonkadelica, Boogie Bass est également responsable de l'emission de radio du même nom et dee jay à ses heures perdues (premières parties de Keziah Jones, Macéo Parker, Souljazz Orchestra, The Excitements, Amp Fiddler...).