Review

Label : Mini Strong

 « 

T

his is probably the most challenging record you’ve ever put on your turntable… »! si la formule qui introduit l’opus est particulièrement abusive, on n’éjectera pas pour autant de notre esprit l’une des plus belles surprises discographiques de l’année. Trio nantais déjà auteur d’un mini-album en 2002, Smooth publie régionalement « An electro soul experience » en fin d’année dernière, avant une sortie nationale au printemps qui n’aura échappé ni aux médias (Nova, France Inter) ni aux programmateurs de festivals (Nice Jazz en tête), ni même à Sinclair qui leur offrit la première partie de sa tournée pré-estivale et qui les a signé sur son label Mini Strong.

 Un engouement mérité, eu égard à une formation qui distille une parfaite synthèse de soul, de pop et d’électronique, mais qui au contraire de l’introduction citée plus haut n’est pas une prise de risque absolue. Leur musique rappelle indubitablement l’approche cinématique de la dernière livraison des Troublemakers (« Express Way »), par l’échantillonnage de voix parlées et les climats aériens cousus autour. N’accusons toutefois pas le groupe de mimétisme puisqu’il possède son propre chanteur, au swing certain et au timbre délicat, et puisque le jazz est bien moins présent que chez leurs condisciples marseillais. Le format est minutieusement peaufiné, presque pop, mais n’empêche pas les envolées de Fender Rhodes ou des rythmiques voisines de la soul et du funk (« Little karma », « Smooth », « Do you like funky breaker ») et du son blaxploitation (« Dragon Purchase« / »Mista Green »). Difficile de ne pas penser également à la scène trip-hop à l’écoute de plages telles que « My tragedy » ou « Out of your reach », cette dernière rappelant le duo Earthling trop vite oublié.

De long en large, ce disque d’une sensualité et d’une élégance rares ne construit pas moins une inquiétude et une mélancolie – auxquelles les pianos perçants et les guitares triturées ne sont pas étrangers – qui semblent capter l’air du temps. En toile de fond, le groove entretient l’espoir mais Smooth n’a pas renoncé à ses doutes, ce que leur posture conquérante ne saurait cacher.

 



About the Author

Boogie Bass
Co-créateur du webzine Fonkadelica, Boogie Bass est également responsable de l'emission de radio du même nom et dee jay à ses heures perdues (premières parties de Keziah Jones, Macéo Parker, Souljazz Orchestra, The Excitements, Amp Fiddler...).