Review

Label : Marlow Records

Slim Moore & the Mar-Kays : voilà un nom qui fleure bon la soul music. On pense tout de suite à l’époque glorieuse du label Stax dans les années 60 et aux groupes à consonances similaires comme les Bar-Kays ou les Mar-Keys (avec « e » pour ce dernier). Mais qui peut donc bien se cacher derrière ce nom énigmatique ? Il s’agit en fait du groupe afro-funk canadien que l’on ne présente plus : Souljazz Orchestra. A la tête leur leader Pierre Chrétien ou plutôt Thibeaux Toussaint pour ce nouveau projet (chaque membre a décidé de changer de nom pour faire la différence entre les Mar-Kays et le Souljazz mais aussi pour le fun !), qui non content de nous proposer un nouveau concept, a en plus décidé de créer un nouvel label Marlow Records dont cet album est la première sortie !

Gary « Slim » Moore originaire de Overbrook (une banlieue près d’Ottawa) mais de parents jamaïquains n’est pas vraiment un nouveau venu sur la scène musicale. Ayant côtoyé quelques pointures du genre de l’île natale de ses parents comme Gregory Isaac ou encore Yellowman, il a continué dans des registres différents à faire entendre sa voix en particulier avec Pierre, euh pardon Thibeaux, avait qui il jouait à l’adolescence de ce dernier dans un groupe de rythm’n blues. C’est donc naturellement qu’il a fait appel à son vieil ami quand a germé l’idée de ce side project soul. Et c’est d’autant plus une aubaine, que jamais jusqu’à présent Slim n’avait enregistré sa voix sur un support discographique.

Le collectif s’est également adjoint les services du One Faith Gospel Singers pour les chœurs et de six musiciens pour donner de l’épaisseur à l’ensemble (violons, trombone…). C’est donc avec un orchestre de dix-huit musiciens qu’a été enregistré ce « Introducing Slim Moore and The Mar-Kays ». L’objectif était d’avoir un son soul orchestral voir proche de l’esprit de certaines B.O Blaxploitation au final, le tout renforcé par le son chaleureux et vintage de la console huit pistes des Metropolitan Studios.
Et avouons-le cet album est une véritable réussite qui assume la diversité de ses influences : de la soul de chez Hi Records de Syl Johnson, Al Green ou OV Wright en passant par le son Stax de Otis Redding ou Isaac Hayes, sans oublier celle plus sophistiquée de Curtis Mayfield ou Marvin Gaye. Mais puisque l’on est en 2011, on pense aussi pour se remettre dans un contexte plus contemporain aux récents albums de Lee Fields « My World » ou encore au « No time for dreaming » de Charles Bradley, bien qu’encore une fois le spectre musical proposé par les Mar-Kays soit plus large et que la voix de Slim soit moins rugueuse moins bluesy que celle de Lee ou de Charles.

De « Cityscape » qui n’est pas sans rappeler un certain « Across 110 th street » de Bobby Womack, à l’instrumental « Cool Breeze », l’auditeur semble être emporté dans un road movie ou les scènes principales ne se situeraient pas à New York mais à Ottawa ! Chaque titre de cet album est d’ailleurs un single potentiel, tant le travail de composition a été particulièrement soigné et que le collectif semble en harmonie. Le groupe se paye même le luxe de reprendre un grand classique de soul sudiste avec brio : le « Is it because i’m black » de Syl Johnson.

Un album déjà joué sur scène Outre Atlantique et qui aux dires de ceux qui ont pu voir leur show, tient déjà bien la route ! C’est donc avec une impatience non dissimulée que l’on attend leur retour en live sur le Vieux Continent avec ce nouveau projet. En attendant procurez-vous d’urgence (disponible en CD, LP ou digital) ce « Introducing and the Mar-Kays », vous m’en direz des nouvelles !

>> Le site officiel

 

 



About the Author

Boogie Bass
Co-créateur du webzine Fonkadelica, Boogie Bass est également responsable de l'emission de radio du même nom et dee jay à ses heures perdues (premières parties de Keziah Jones, Macéo Parker, Souljazz Orchestra, The Excitements, Amp Fiddler...).