Review

Label : Cleopatra Records

Alors que le guitariste légendaire, auteur de la non moins légendaire « Strawberry letter 23 »  n’était qu’en rodage, on se souvient de son passage à la Bellevilloise (Paris) en Novembre 2012. Puis entre temps, il a continué d’enchainer des dates sur cette tournée internationale. Ce concert enregistré le 19 Avril 2013, au Music Hall de Williamsburg, à  Brooklyn/New  York succédait (quelques jours après) à son nouveau disque (double) : une réédition de « inspiration information » (1974) agrémenté de quelques morceaux inédits de la période, puis d’un second disque « Wings of love » composé de 13 chansons jamais publiées, mais enregistrées  durant son ‘exil‘ artistique, entamé dès 1975. C’était déjà osé de revenir après une retraite scénique et discographique de près de 40 ans, mais ça l’est davantage de publier son tout premier Live dans la foulée. Il faut croire qu’il estime que du bon Job aura été fait, alors voyons pourquoi… ?

« Ladies & gentlemen you made the right choice tonight » tels sont les premiers mots prononcés par le Speaker, avant que le show ne débute en fanfare sur « inspiration information » (titre éponyme de son chef-d’œuvre de 1974) appuyé par une solide section cuivres, Eric ,fils de Shuggie accompagne son père avec une deuxième guitare, tandis que son frère Nick est derrière la «  Caisse » , James Manning (bass) Russ stewart (claviers).

Le titre est dans un tempo plus bas que ce que l’on a connu  sur la version studio, vocalement Shuggie semble chercher ses marques, et convainc passablement avec un solo guitare certes fluide à première impression, mais un peu hésitant quand on connaît  la dextérité  du Mr à la six cordes, et à plus forte raison sur ce morceau. On peut dire qu’on a connu mieux sur l’album. La valeur ajoutée demeure l’apport des cuivres. « Tryin ‘to get close to you » inédit de 1976 découverte l’an dernier sur le recueil « Wings of love »  Version fidèle à l’originale, avec cette rythmique aux relents de « I’ll be good to you », le célèbre morceau des Brothers Johnson (produit par Quincy Jones  en 1976) qui connaîtront une célébrité au-delà des frontières dès l’année suivante grâce  à leur reprise de « Strawberry letter 23 » morceau de qui vous savez. Shuggie semble plus à l’aise vocalement. Les morceaux cultes ne vieillissent jamais, et les génies ont toujours de l’avance sur leur temps, on en a bien la preuve ici 38 ans après son enregistrement. Les applaudissements sur le final en disent long.

Dans les bacs depuis 3 jours, Le diptyque « Inspiration information/wings of love » a dû trouver preneur  dans la salle grâce à ce titre. « Island Letter » ballade Pop/soul d’une classe imparable, également issue de « inspiration information »  sensiblement magnifiée sur ce live. Shuggie fera taire tous ses détracteurs qui ont souvent dit « vocalement c’est plus trop ça ». On appréciera aussi  ces quelques arpèges peu ou pas entendus sur la version studio de 1974. « Me & my woman » représente le pic du set blues abordé lors de ce concert. Ce blues groovy du millésime 1967, emprunté à John Mayal et Mick Taylor (ex futur Rollingstones) Shuggie l’avait reprise avec brio sur son deuxième album « Freedom light » (1971) les solis saillants à la guitare électrique, recouverts des renflements  des cuivres, donnent à ce blues une dimension résolument « Funk & Roll » comme dirait Prince. On aime !

Le combo « Sparkle city /Miss Pretty » ravira les plus avides de grosses vibes. Le premier reste un incontournable de son répertoire, et le plaisir ne sera pas altéré sur cette version live (au grand jamais !) Miss Pretty (1971) précédemment inédite à l’époque, avait pu légitimement nous frustrer sur la réédition 2013 de « inspiration information »  à  cause de sa courte durée (2 ’15). Ici l’erreur est largement réparée, notamment grâce à  une extension  furieuse à la guitare, et une horde de cuivres dignes des JB’s à Leur Top. Si vous ne saviez pas ce que c’était le Funk, ne cherchez plus …

 « Wings of love» Titre éponyme du disque inédit sorti dans le même timing, mais mis en boîte dès 1990, constitue un autre moment fort de ce Live. Une ballade Pop/rock  fort appréciable, à la mélodie accrocheuse et aux faux–semblants. Dès la seconde moitié, Shuggie envoie une rafale d’accords sans fin, dont seuls les Guitar Hero ont le secret (et ça en Est Un). Performance Santanesque et donc Dantesque !

« Strawberry letter 23 » C’est  évidemment le clou du spectacle. Ce classique que plus d’un aura entendu dans ‘Pulp Fiction‘ ou ‘Jackie Brown’ de Quentin Tarantino, morceau que l’on cite parmi les plus samplés de l’histoire. Mais rendons à César ce qui est à César… Et cette fois, c’est bien la version originale chantée par son auteur, et en live.  Un rare privilège que l’on peut se payer via ce disque peu onéreux, disponible en import sur la plupart des sites marchands, pour une petite dizaine d’Euros.

Du blues,de la soul, du Funk, de la pop, une pincée Rock… de premier choix, synthétisés en moins de 70’ par un des plus grands que l’on disait trop tôt « disparu », il est donc revenu…

Un DvD du même show  est annoncé pour prochainement, ainsi qu’une nouvelle tournée. Si elle devait passer par « là », On y sera pour vous.

>> Discographie

>> Site officiel




About the Author

Billy Jack
Féru de Funk et de soul , je les consomme sous toutes les formes (disques,concerts,livres,conférences,forums) ma passion c'est ma culture,et ma culture de prédilection, c'est ma passion.C'est toujours un plaisir de découvrir,dénicher,apprendre,échanger, et partager autour de ça. Fonkadelica ,un réseau de plus, et pas des moindres.