Review

Label : Daptone

A-t-on encore besoin de présenter Sharon Jones & The Dap-Kings ? Ceux qui ont remis au goût du jour le deep funk sur le devant de la scène Outre Atlantique et partout dans le monde proposent leur 4ème album sur Daptone Records intitulé « I learned the Hard Way ».

En confirmant le virage amorcé avec le précédent « 100 days, 100 nights » celui-ci se veut volontairement axé sur la soul 60’s,  plus précisément celle de la soul du sud façon Stax mais pas seulement. Pas de rythmes endiablés ici, non des mélodies en majorité relativement tranquilles voire mellow, avec un gros effort sur la production cependant.

En effet le travail chiadé des Dap Kings est sans conteste, l’élément marquant de ce nouvel album. Les cuivres et les violons y trouvent leur place naturelle, avec des orchestrations soignées mais toujours dans un esprit vintage. La voix de Sharon Jones est plus profonde que jamais agrémentée régulièrement de chœurs féminins (parfois proche du gospel) qui donne une impression d’harmonies divines.

Parmi les titres particulièrement repérables dès la première écoute notons : « The game gets old » , « I learned the hard way », ou encore «  Better things” plus enjoué et mid-tempo, avec des harmonies entêtantes et des refrains efficaces tout comme sur « Without a heart » d’ailleurs.

Sans créer la surprise des premières moutures, cet album marque sa pâte par une approche différente et un parti pris qui se veut résolument soul et downtempo. On peut espérer quelques 45t retravaillés voir remixés (on se souvient du très bon remix reggæ de Ticklah sur « How long do i have to wait for you ») même pour agrémenter un album qui s’usera sûrement plus sous la couette (bien accompagné bien sur !) que sur les pistes de danse. Mais l’ensemble s’enchaîne avec une cohérence peu commune . Un peu de tendresse dans un monde de brut…on en a bien besoin en ces temps perturbés ! Thanks to save my soul !

>> Leur discographie



About the Author

Boogie Bass
Co-créateur du webzine Fonkadelica, Boogie Bass est également responsable de l'emission de radio du même nom et dee jay à ses heures perdues (premières parties de Keziah Jones, Macéo Parker, Souljazz Orchestra, The Excitements, Amp Fiddler...).