Review

Label : Daptone Records

Cet album est à posséder absolument ! Tout d’abord parce que c’est le premier opus de Sharon Jones & The Dap-Kings mais également parce que c’est la première sortie du label Daptone Records. Mais qui est donc cette Sharon Jones ? Née à Augusta, Etat de Géorgie aux U.S.A, Sharon après avoir été leader de nombreux groupes locaux va rejoindre des groupes célèbres de la soul et du funk pour mettre à leur service sa voix exceptionnelle en tant que choriste : Four Tops, Peaches and Herb, The Drifters ou encore Macéo Parker. Mais après avoir été pendant de nombreuses années dans l’ombre des plus grands, elle signe au milieu des 90’s, un contrat avec le label Desco Records, label crée par Philip Lehman et Gabriel Roth (aka  Bosco Mann) à Brooklyn, New York City.  Elle y enregistre alors plusieurs 45t : « Damn it’s hot », « Switchblade », « The Landlord », « Bump n’ touch » « You better think twice » et une reprise de « I got the feelin » des JB’s. Elle fait ensuite une tournée triomphale avec The Soul Providers, (l’orcheste maison de Desco mené également par Philip et Gabriel).

 En 2000, alors que des divergences d’opinion amènent Lehman et Roth à se séparer, chacun décide de continuer l’aventure discographique de son côté. Le premier crée Soul Fire Records et le deuxième Daptone Records avec le leader et saxophoniste des Sugarman 3, Neal Sugarman.  Dans la foulée les deux compères, décident de créer leur nouveau groupe The Dap-Kings composé des ex Soul Providers : le guitariste Binky Griptite, l’organiste Earl Maxton, le percussionniste, Fernando Velez et le trompettiste Anda Szilagyi, rejoint par des membres de The Mighty Imperials : le saxophoniste tenor Leon Michels et le batteur Homer Steinwess.

Sharon Jones rentre donc en studio avec The Dap-Kings en 2001 pour enregistrer son premier essai qui est finalement édité l’année suivante.
On y retrouve au total dix titres incendiaires qui cassent tout sur leurs passages ! Des titres qui renoue avec la soul brut et le funk râpeux de la fin 60’s, début 70’s. Un son « roots » à la fois chaud et énervé se dégage de façon générale de la production. Cinq 45 tours ont déjà été extraits de cet album : « Got a thing on my mind » certainement le hit de l’album, « Make it good to me », « Got to be the way it is », “Pick it up, lay in the cut” et la reprise de Janet Jackson : « What have you don’t for me lately ». D’ailleurs l’adaptation de ce dernier morceau est tellement surprenante que l’on a l’impression que c’est l’original et que ce sont Jam & Lewis qui ont repris cette composition pour la belle Janet.

Quoi qu’il en soit l’ensemble s’enchaîne avec un réel bonheur ! La diva est en plus d’être une des artistes les plus explosives et énergiques que la soul contemporaine ait connue, dévoile une gentillesse et une authenticité qui en fait une artiste sacrément attachante ! « Dap Dippin’ With » amène une reconnaissance enfin légitime à cette soul sister ; qui démontre finalement que l’histoire ne fait que commencer !

>> En savoir plus sur Sharon Jones & The Dap-Kings
>> Sa discographie sous le nom de Sharon Jones
>> Sa discographie sous le nom de Sharon Jones & The Dap-Kings



About the Author

Boogie Bass
Co-créateur du webzine Fonkadelica, Boogie Bass est également responsable de l'emission de radio du même nom et dee jay à ses heures perdues (premières parties de Keziah Jones, Macéo Parker, Souljazz Orchestra, The Excitements, Amp Fiddler...).