Review

Label : Daptone Records

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’attente est grande autour de la sortie de Look Closer le premier album de Saundra Williams et Starr Duncan. Les deux premiers 45t sortis il y a peu, dont sont tirés quatre titres de l’album, nous ont grandement mis l’eau à la bouche. Et puis forcément, une sortie chez  Daptone Records rime rarement avec anecdotique pour celui qui suit ce qui est devenu la référence des labels soul indépendants.

Originaire de Brooklyn, ces deux choristes ont longtemps ramé avant de connaître la lumière. Ce n’est qu’après avoir travaillé avec Sharon Jones au sein du groupe The Good ’N Penty Girls dans les années 90 que cette dernière les rappelle en 2008 pour faire les chœurs sur son nouvel album solo, I Learned The Hard Way (Daptone Records). Dès lors Saun & Starr  accompagnent en tournée Sharon Jones & The Dap Kings et deviennent The Dapettes, les choristes attitrées de la maison. Pas rien. Cependant, et le documentaire 20 Feet From Stardom l’a montré, il n’est pas chose aisée de passer du fond de scène à la lumière des projecteurs. Après Judith Hill fin mars, c’est donc à ces deux sœurs de cœur de s’essayer à tenir le rôle de vedettes…

Dès «Look Closer», le premier morceau, on est pris par les voix et les questions-réponses que se donnent les deux complices avec leurs timbres si chaleureux. The Dap Kings sont absolument impeccables et la ligne de basse de Bosco Mann (aka Gabriel Roth également producteur de l’album et co-fondateur avec Neal Sugarman du label) est un summum de classe. On poursuit l’album avec «Hot Spot» qui est devenu la meilleure vente de 45t du label… c’est dire ! Et effectivement toute l’équipe déroule comme à l’accoutumée avec précision et grosse énergie. La progression du morceau est jouissive et se termine en apothéose. Le duo calme ensuite le jeu avec le très sexy «Gonna Make Time»  puis « Sunshine ». «If Only»  est une magnifique ballade soul pleine d’émotion, poignante. S’en suit «Another Love Like Mine» et son groove qui flirte avec le hiphop où la whawha fait des merveilles. Après cet aparté nous revenons à un style daptonesque avec le morceau «Big Wheel» qui est mon coup de cœur de l’album : la partie guitare est d’une fausse simplicité géniale, au même titre que les lignes de cuivre. Les voix de Saun & Starr se marient parfaitement et s’entremêlent pour donner un tout qui a fière allure. La fin de l’album est elle aussi de haute volée et on se laisse porter avec délectation.

Saun and Staar s’en sortent là avec un réel brio, portées par les Dap Kings toujours aussi mordants et qui alternent comme personne agressivité et accalmie avec toujours ce soucis de servir au mieux la musique et les chanteurs(ses) qu’ils accompagnent. L’album transpire la générosité de ces grandes dames élevées dans le gospel et qui, grâce à leurs expériences d’accompagnatrices, ont bien digéré la recette d’une soul de vraie qualité. A elles la gloire !

>> Site officiel



About the Author

Guillaume Levallois
Nantais de cœur, fan de musique afro américaine en général, je suis particulièrement friand de blues, de funk et de jazz avec une affection singulière pour le son et l'atmosphère qui se dégage de la ville de la Nouvelle Orléans. Egalement guitariste, j'aime à partager mes goûts musicaux et découvrir ceux des autres... Fonkadelica is the place to be !