Review

Label : Splash blue

Pour un artiste c’est toujours un grand challenge de devoir donner une suite à son œuvre précédente lorsque celle-ci s’est révélée convaincante.Le challenge est davantage de taille lorsqu’il ne s’agissait que d’un album introductif ; Le temps est alors venu celui de confirmer voire même de se surpasser.

En effet il y a un an de cela nous vous présentions sur Fonkadelica le 1er album (éponyme) de ce quintette britannique, et déjà salué par la critique et même des personnalités du monde artistique comme les Headhunters des temps modernes (formation de Jazz fusion menée par Herbie Hancock durant les 70’s). Après de nombreuses scènes effectuées tout au long de l’année principalement outre-manche,et après un léger remaniement, Resolution 88 revient cette fois en configuration quartette sur ce nouvel album « afterglow ». Pas énormément de changements dans la forme, l’artwork est toujours aussi clinquant et multicolore sur fond noir,le leader et claviériste Tom O’grady a comme de coutume composé la totalité des titres et reste fidèle au poste avec sa multitude de claviers ; Jadis percussionniste Ric Elsworth est passé du côté de la batterie en remplaçant ainsi Afrika Green qui n’officie pas sur ce nouvel album.Statu quo côté basse,ça reste « l’alumnus » de Berklee Tiago Coimbra. Au saxophone George Crowley a laissé sa place au nouveau membre Alex Hitchcock. Donc pour résumer en vue d’ensemble : suppression des percussions et voilà comment on est passé du quintette au quartette.

Pour le reste, si cet album a été enregistré dans le même studio et la même pièce que le précédent, le groupe a dû changer de Label entre temps.

L’album décolle, et c’est bien le cas de le dire par « take off » ; Après une sorte de roulement de tambour en accroche effectué par le batteur, les sonorités aérospatiales envoyées du synthé de Tom O’grady nous appellent littéralement à un voyage dans une ambiance dance/disco du début des 80’s, le ton est donné, l’album s’annonce gai et dansant ! Grosse présence du  saxman récemment accueilli par le groupe ! il faut parfois bien tendre l’oreille pour s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une section cuivres, car ce « souffleur » est bien seul ! Si ça en avait été un, l’examen est/serait donc réussi pour lui ! « Tuggin the pug » à l’image de son intitulé renvoie plus de densité question robustesse groovesque, l’ambiance dance des débuts a été épurée au profit d’un funk de bon aloi pour le quidam de la funkosphère.
3e piste, place au bien nommé « Three four or more » ! si jusque là il demeurait encore des sceptiques sur la filiation Headhunters de cette formation, ceux là donneront désormais leur langue au chat, car ce morceau est bien digne d’un album Hancockien et pas des moindres, mais du genre« Thrust » (1974) cuivres en sus…. bravo messieurs !  parenthèses adoucissantes via « changing Times » part 1 et surtout part 2 qui s’avère être la première ballade du style « quiet storm » jusqu’ici connue du groupe. Une vocaliste pourrait donner ici la réplique à Tom O’grady et son équipe !« Banana skin central »  sans passer par 36 chemins et pour la faire courte, qu’on se le dise, ça donne une sacrée banane !

 » Homing in »  s’illustre par sa paire batterie/basse une fois de plus très fidèle à leurs confrères mythiques des Headhunters Mike clark/Paul Jackson. Ric Elsworth  plutôt discret dans son rôle de percussionniste sur le 1er album, il prend décidément une autre dimension sur celui-ci, car là il ne fait pas dans la dentelle !

l’électro funk « Raios Do sol »  apporte ce côté un peu plus sophistiqué des claviers de Tom comme déjà entendu sur quelques titres de l’album éponyme. Néanmoins Il lâche les chevaux  sur le dernier quart du morceau au piano électrique Rhodes. « Moonflower » est la seconde interlude low tempo mais cette fois dans une ambiance planante : C’était le petit moment solo du cerveau du quartette ! Après le percutant « Phantom of the Oberheim »sur lequel le duo « bass and drum » Coimbra/Elsworth brille de nouveau,« Afterglow » se termine par le titre éponyme en combo part 1 et part 2 dans une rythmique de « ballade » ou presque, et avec toujours un Tom O’grady aidé de ses mains toujours autant baladeuses sur ses claviers !

« Afterglow » comme l’évoque le titre donne une sensation d’élixir de bien être : joie, danse, douceur, zénitude, évasion, ce sont bien les différentes effusions qui émanent des sons qui le compose. Cet album c’est plus qu’une confirmation du talent indéniable de ce groupe ! Les compositions sont plus homogènes sans pour autant être dénuées du style polyphonique vraisemblablement apprécié par le leader et compositeur Tom O’grady. Si l’on se souvient du 1er album, des parties d’un même morceau n’avaient parfois rien à voir avec d’autres. Sans être un défaut en soi,cependant ça peut parfois être déroutant pour certains auditeurs se disant « exigeants ». Ici tout paraît plus structuré, d’ailleurs des morceaux ont bien été subdivisés en pistes distinctes part 1 et part 2. La section basse et batterie semble totalement en harmonie, pas étonnant lorsque l’on sait que tous ces morceaux ont d’abord été peaufinés des mois durant sur scène avant d’avoir été enregistrés en juste 3 jours. Enfin, de ce que l’on a pu entendre notamment du côté ballade, ça laisse une brèche au groupe pour davantage explorer d’autres horizons dits plus « radio friendly ». Peut être une étape envisageable pour ce groupe qui aspire à développer sa notoriété ? Une question intéressante parmi d’autres que l’on a pu poser à Tom O’grady en interview. A suivre sur le site…

>> Lien Bandcamp (achat- écoute)

>> Chronique du 1er album > RESOLUTION 88 « Resolution 88 » ⋆ FONKADELICA



About the Author

Billy Jack
Féru de Funk et de soul , je les consomme sous toutes les formes (disques,concerts,livres,conférences,forums) ma passion c'est ma culture,et ma culture de prédilection, c'est ma passion.C'est toujours un plaisir de découvrir,dénicher,apprendre,échanger, et partager autour de ça. Fonkadelica ,un réseau de plus, et pas des moindres.