Review

Label : Columbia

Sensuel, soul et surtout so 60’s : voilà comment décrire en quelques mots le dernier album de Raphael Saadiq. Stone Rollin’ c’est tout ça. Les crépitements, les échos tout est fait pour vous emmener ailleurs, faire une balade dans le temps et vous donner l’impression d’écouter un vieux vinyle. Stone Rollin’ c’est pas un album, c’est une expérience. R’n’B, funk, soul, Raphael Saadiq nous permet en quelques minutes de faire un petit tour de la musique black.

Ce n’est pas dupliqué, c’est remasterisé et surtout : c’est bien fait. En même temps, pas besoin de rappeler que Raphael est un musicien hors pair et qu’il ne se gène pas pour jouer de tous les instruments dans cet album. Résultat ? Un son old school qui respecte complètement les anciens avec, en bonus, une petite touche de « Boom, boom » archi actuelle sans enlever quoi que ce soit à la pureté des notes.

Les styles sont variés, rock, R’n’B, Funk, Soul, chaque nouveau morceau est un voyage vers une autre facette de l’artiste qui finalement nous fait réécouter la musique des années 60/70 d’une autre façon. Les sonorités électriques et certaines basses sont là pour nous le rappeler : on est bien au XXIe siècle. Heart Attack et ses guitares à la Sly Stone nous ramène au cœur des seventies tandis que Day Dreams nous fait davantage penser au célébrissime I got a women de notre bien aimé Ray Charles, avec des chœurs féminins, qu’on imagine permanentés et claquants des doigts synchro, en gigotant la tête !

Plusieurs surprises nous attendent : d’abord la participation de Larry Drum. Ne vous grattez pas la tête comme ça, c’est le claviériste du groupe plus que légendaire Earth, Wind & Fire. Les collaborations ne s’arrêtent pas là avec notamment, celle du groupe suédois Little Dragon que Raphael apprécie tout particulièrement. Petite cerise sur le gâteau : la chanson cachée. Si, si, attendez un tout petit peu à la fin de la dernière chanson et là, une petite pépite vous attend… Ambiance tamisée, on se laisse facilement emporter par cette déclaration d’amour relevée d’une basse hypra sensuelle qui rend l’approche très sexy. Raphael Saadiq, le bassiste, prend les commandes, il assure la voix, assure les chœurs, l’ambiance est tellement irrésistible qu’on en ferme presque les yeux. Et là, alors qu’on pense le morceau presque terminé, Larry Graham est annoncé. De sa voix de basse, il arrive en quelques mots à nous donner la chair de poule. Ce qu’il y a de bluffant ici, c’est que ce qui est raconté dans les paroles, est parfaitement diffusé musicalement. On est happé par ce son. Après la voix douce de Raphael, le mythique bassiste de Sly & The Family Stone et maintenant de la grande famille NPG de Prince nous laisse transis par sa voix de basse, maîtrisant mieux que personne les notes les plus graves… C’est le cas de le dire, c’est the Perfect Storm.

Encore une fois, à travers cet opus, Raphael Saadiq nous montre l’étendue de son talent et de sa culture musicale. Oui, cet album est bien contemporain mais il nous emmène tellement loin qu’on en viendrait presque à se demander s’il ne vient pas d’un autre temps. Amoureux de Nu Soul ou de Old School : l’album Stone Rollin’ mettra tout le monde d’accord.

>> En savoir plus sur R. SAADIQ

>> Discographie

>> Site

 



About the Author

Funkadelica Chica
Petite touche girly de l’équipe, j’ai grandi avec Purple Rain. Adepte de la basse qui slap et du gros Funk qui tâche, j’aime ressentir la musique, la partager, la découvrir. Passionnée d’écriture, proposer ma participation à Fonkadelica était une évidence. Du coup, je chronique et me laisser guider par mon oreille.