Review

Label : The ACT Company

Q

ui a dit que le jazz-funk ne pouvait pas venir du froid ? Sûrement pas le suédois Nils Landgren qui depuis 1992 avec son Funk Unit défend la cause du funk à travers le monde ! Tromboniste de talent, le bonhomme fait parler de lui depuis le début des années 80 dans un registre plutôt jazz puis à partir du milieu des années 90 dans un univers qui nous intéresse encore plus ! Voyez plutôt sur ses précédents opus ou sur scène, des pointures tel que Maceo Parker, les Brecker Brothers, Bernard Purdie, Fred Wesley ou Don Alias ont collaboré sur ses différents projets ! Un curriculum vitae plus que prestigieux non ?

2001 marque donc un grand cru dans sa carrière avec l’album « Fonk Da World » ! Passons celui-ci d’ailleurs au funky banc d’essai : ouverture des hostilités avec « Booty Rock », Magnum Coltrane Price mi-chanteur mi-rappeur donne le ton, ça pulse. C’est parti pour 13 titres et 58 minutes de Fonk ! Arrive ensuite une inattendue reprise de « Riders on the Storm » des Doors, low tempo et vocoder en prime. « Mo Stuff » est l’occasion d’écouter Nils et son trombone rouge, héritier direct de Fred Wesley, nice ! « Fonk Da World », malgrè son titre, ravira les amateurs de smooth groove et le superbe « Anytime Anywhere » nous plonge dans une ambiance quelque peu mélancolique. La seconde partie de l’album démarre fort avec le « Rock It » d’Herbie Hancock revisité à la sauce suédoise, à déguster sans modération. « Amtrak » est un titre sympa et dansant agrémenté de scatts à la George Benson : assurément de quoi séduire les plus néophytes d’entre nous.

La fin de l’album alterne les titres assez speed avec « Freedom Jazz Dance » d’Eddie Harris et « From Stockholm to Bejing » et des titres plus softs, limite mainstream avec « Le Sunset » et « New Morning ». Le très réussi « Calvados » clot au son de l’orgue Hammond ce très très bon album qui est un excellent exemple de ce que peut être une fusion alliant le meilleur du funk au savoir-faire du jazz. A posséder absolument !

>> Le site officiel
>> En savoir plus sur Nils Landgren



About the Author

Nicolas K