Review

Label : Omega International (Réédition 2013 : Mr Bongo)

Qui aurait cru qu’un des albums latin funk les plus chauds des 70’s venait tout droit de Belgique ? C’est pourtant une réalité avec le très bon « Ritual » sorti en 1971 sur le label hollandais Omega International. Sous le nom de Nico Gomez se cache en fait Joseph Van Het Groenewoud (ça sonne moins exotique !) , musicien connu également pour ses autres projets latins comme le Nico Gomez Orchestra bien entendu mais également par sa participation au groupe The Chakachas, combo latin soul bien connu à l’époque.

Si par le passé cet album, très recherché par les collectionneurs du genre avait été réédité, chez P-Vine et Lupita Records en particulier, il était depuis devenu presqu’introuvable ou seulement disponible à des prix très prohibitifs (sans parler de la possibilité d’acquérir la version originale). Mr Bongo, a donc eu la riche idée de le rééditer, parce que les meilleurs trésors au fond sont ceux que l’on partage !

Et ce n’est pas superfétatoire de dire que cet album est une mine à plusieurs niveaux !
Tout d’abord parce que l’on y trouve des compositions originales, dignes des artistes phares du label Fania de l’époque, qui en plus d’explorer la salsa naissante, lorgnaient aussi largement vers les influences afro-américaines. A l’écoute de « Cuba Libre », « Baila Chiquiban », ou « Ritual » , on se croirait plongé en plein Spanish Harlem où les breaks de batterie et percussions, cotoient des cuivres acérés remplis de chaleur et des jeux d’orgues et des guitares affutés qui accompagnent l’ensemble. L’esprit reste d’ailleurs le même sur les reprises du roi du mambo, Perez Prado, « Caballo Negro » ou « Lupita », qui retrouvent à l’époque un nouveau coup de jeune grâce à Nico Gomez.

Le compositeur sait aussi calmer le jeu, et proposer des influences latines venues d’ailleurs qui étaient surement plus accessibles aux oreilles européennes et au grand public. Les reprises de « El Condor Pasa » du péruvien Daniel Alomia Robles, la bossa « Samba De Una Nota So » (écrite par Antonio Carlos Jobim et Newton Mendoca) ou la reprise des Chackakas repris aussi en français « Eso Es El Amor » en sont de très bons exemples ! Si ce ne sont pas les morceaux les plus indispensables du LP, il montre surtout la capacité d’adaptation du chef d’orchestre à toucher un plus grand public .

En se permettant cette diversité, Nico Gomez arrive à proposer un album du genre quasi indispensable, qui démontre une fois de plus que peu importe la nationalité, tant que l’on a l’état d’esprit et le talent ! Il ne faut pas aller toujours très loin pour trouver un brin d’exotisme ! Dus we dansen?

>> En savoir plus et acheter chez Mr Bongo



About the Author

Boogie Bass
Co-créateur du webzine Fonkadelica, Boogie Bass est également responsable de l'emission de radio du même nom et dee jay à ses heures perdues (premières parties de Keziah Jones, Macéo Parker, Souljazz Orchestra, The Excitements, Amp Fiddler...).