Review

Label : Tru Thoughts

Lance Fergusson, on le savait, n’avait pas dit son dernier mot ! Après un album de The Bamboos, consensuel et trop pop pour être véritablement groovy, et la production du dernier opus de Kylie Auldist, qui ne nous avait pas transcendé, voilà un projet beaucoup plus intéressant : Menagerie ! Derrière ce nom se cache même un des albums les plus excitants de l’année 2012 ! Si l’homme est coutumier des projets différents à géométrie variable (Lanu, Black Feeling, Cookin’ On 3 Burners…) c’est le première fois qu’il se lance véritable dans un projet jazz. Plus exactement un mélange de spiritual jazz et de jazz-funk. Et c’est clairement une franche réussite encore une fois !

Il a su s’entourer de musiciens inspirés il faut dire. Tout d’abord Phillip Noy, un saxophoniste de Melbourne, connu de la scène locale qui fait sonner son instrument à la manière d’un John Coltrane ! Excusez du peu ! Ensuite Mark Fitzgibbon aux claviers qui faisaient partie du groupe live des célèbres Dingwalls Sessions organisées à l’époque par Patrick Forge et Gilles Peterson. Mais le projet de Lance a aussi inspiré des stars de renom puisque c’est la légende du vibraphone en personne Roy Ayers qui vient lui prêter main forte sur le titre « Leroy and The Lion », premier extrait à être parvenu à nos oreilles, en préambule  de l’album. Ce morceau rappelle d’ailleurs la grande époque de Roy, dans un jazz-funk à la fois poétique et rythmée.
Un des autres titres marquants de l’album est « The Quietening », un morceau très percussif au thème entrainant soutenu par le spoken word de Fallon Williams qui n’est pas sans rappeler un certain Anthony Joseph.Les percussions sont aussi omniprésentes sur « The Chosen » avec ses choeurs envoutants et son orgue mystique.
Les autres thèmes que sont « They Shall Inherit », « Jamahila« , « There will come soft rains« , très clairement spiritual jazz sont travaillés avec un sens du groove et un savoir-faire hautement maitrisés qui ne devraient pas déplaire aux plus aventureux d’entre vous !

Quoi qu’il en soit avec « They Shall Inherit« , Lance Fergusson vient de signer une des oeuvres majeures de sa discographie, peut-être même la plus osée. En six titres il nous fait voyager vers un univers qui pourra être familier à certains d’entre vous, surtout si vous avez comme référence Roy Ayers, Gary Bartz, Weldon Irvine, Mc Coy Tyner ou encore le label Black Jazz ou les productions des frères Mizell. En tous cas il nous prouve que si il emblait à bout de souffle sur ses projets les plus récents, son esprit créatif est lui bien vivace ! On aimerait alors imaginer que le concept de Menagerie puisse prendre vie sur scène. Une idée à creuser de prêt ! Qui a dit que la fin du monde était arrivée ?

 

 

Menagerie – Leroy & The Lion by Tru Thoughts



About the Author

Boogie Bass
Co-créateur du webzine Fonkadelica, Boogie Bass est également responsable de l'emission de radio du même nom et dee jay à ses heures perdues (premières parties de Keziah Jones, Macéo Parker, Souljazz Orchestra, The Excitements, Amp Fiddler...).