Review

Label : Autoproduit

Marvellous sort son premier album, « What to believe« , après avoir ardemment rôdé ses compositions sur les planches des clubs.

Occuper une scène de 10 m² à plus de 9 musiciens est déjà un exploit en soi me direz-vous, mais la jeune formation parisienne, emmenée par Wolfgang Valbrun au chant (qui officie également au sein d’Ephemerals), a su proposer sur galette un condensé de groove funky sous toutes ses formes. Les treize titres, tous chantés en anglais, sont impeccablement produits et défilent à toute vitesse.

Le disque ouvre sur « The Doc by the dock (with a duck)« , clin d’oeil évident sur ce titre explosif, dans un pur style JB’s. La basse de Bastien Contrario est implacable, les cocottes syncopent à tout va et les envolées de cuivres lancent les déhanchés : une entrée qui fait mouche! Et le tout est parfaitement mis en valeur par le timbre de voix éraillé de Wolf.

On enchaîne sur « What to believe« , un groove efficace qui rappelle les bonnes années de l’acid jazz des 90’s : clavier wah wah, solos de trompettes, chœurs féminins… Tout comme la ligne de basse de « Dream snatchers« , hypnotique, qui s’emballe sur le refrain.

« Ain’t no blindman » et « Runaway » déchaînent le dancefloor dans un esprit « à la » Brand New Heavies.

« Fire starts » ne cesse de monter en puissance jusqu’à laisser exploser les talents de guitariste d’Erwan Lanicol  sur un solo de tapping ébouriffant.

« I » , « Alone » et « Nobody » font la part belle aux arrangements de cordes, sur une orchestration tout en retenue et émotion : l’écrin parfait du chant, se faisant caressant et doux après cette tornade de puissance.

Marvellous propose un premier album captivant qui, tout en sachant balayer un large éventail du funk, sait rester homogène et personnel, le tout servi par une excellente production. Un élégant concentré de groove français à faire tourner d’urgence sur vos platines !

>> Page Facebook

>> Site officiel



About the Author

Alex Kapel
Administrateur et rédacteur depuis 2011, je suis avant tout amateur de raw funk. Musicien et collectionneur de wah wah, il fallait bien un breton dans l'équipe de Fonka... Yec'hed mat!!