Review

Label : Freestyle Records

Martha High est décidemment très libertine avec ses backings bands, après s’être affranchie des Soul Power All Stars, des Shaolin Temple Defenders, voici donc la blonde Soul Sisters fricote désormais avec les Speedometer. Une habitude depuis qu’elle fut repérée en 1964 par James Brown himself, avec lequel elle officiera jusqu’en 1995 ou elle le quitte pour Maceo Parker. On avait pu entendre entre un de ses célèbres duos avec le Godfather sur une reprise de « Summertime » parue sur « Mutha’s Nature » en 1977.

Son précédent album était un disque de reprises et ce « Soul Overdue » n’échappe pas à la règle non plus. La galette s’ouvre sur une cover en guise d’hommage avec « No More Heartaches » composé par James Brown et chantée à l’époque par une autre Soul Sister, Vicki Anderson. Si certains essayent de faire des reprises différentes des originaux afin de leur donner une seconde vie, il semble que ce ne soit pas le parti pris de ce disque. La plupart des covers du disque sont très proches des originaux, à l’image de la première ou le « Trouble Man » de Marvin, le Don’t de la Suédoise Doris qui se voit ici rebaptisé « Never Never Love A Married Man » et le « I’d Rather Go Blind » d’Etta James. Pour entendre un peu de nouveautés il faut se tourner sur les très bonnes compositions du guitariste, Leigh Gracie, avec les funky « No Man Worries » et « Dragging Me Down » ou le soulful « You Got Me Started » qui avaient été interprétées sur des albums précédents du backing band.

Dans l’ensemble Freesyle Records ajoute encore un bon album à son catalogue mais les reprises un peu trop « copier-coller » gâchent quelque peu la qualité du disque car on ne voit pas très bien l’utilité de morceaux trop proches des originaux. A quoi bon avoir une copie quand on peut avoir l’originale, même si les titres sont très bien interprétés.  Les compositions du groupe et quelques reprises sauvent cette galette et donne envie d’attendre leurs prochaines collaborations. Mais on aurait aimé un peu plus d’audace, surtout quand on connait les protagonistes de l’affaire !




About the Author

Julien Renou
Passionné de musique afro-américaine, et de musique tout court, Julien Renou a collaboré au magazine internet afro-groove Wegofunk. Aujourd'hui il se met au service de sites aussi divers que 90Bpm, What The Funk, et Fonkadelica !