Review

Label : Polydor Records UMG (1978) – BBR (2014)

Artiste de renom, Isaac Hayes est un génie de la production soul de ce dernier siècle. Né au Tennessee en 1942 et décédé en 2008, il a eu le temps de marquer la musique avec 27 albums et de nombreux titres donnés et mixés pour d’autres artistes du monde de la soul, du disco, du funk.

BBR prend le soin de vous faire redécouvrir cet album de 1978 en réédition remasterisée, sorte de méga EP 6 titres, qu’à l’époque nous nommions encore « album ». Avec son 2ème album mythique « Hot Buttered Soul » en 1969, il a mis en avant son personnage de Black Moses mystique aux chaînes en or autour du cou. Puis avec la B.O du film « Shaft » en 1971, il est entré au firmament des musiciens noirs. Sa voix est entrée dans la légende, grave, sexy, puissante … rivalisant presque avec Barry White (comparaison qui ne leur plaira jamais ni à l’un ni à l’autre) ; le match de baritons peut commencer !

Cet album signe un retour aux titres romantiques aux longs monologues sur voix de crooneur. Les trois 1ers titres en sont la démonstration (Face A). le 1er « Just the way you are » bénéficie d’un solo de sax ténor à tomber, des arrangements violons digne du cinéma, pour un titre au final de presque 9 minutes ! « Believe in me » est du même genre, calme, presque mou. Avec le 3ème titre un peu plus rythmé, mais lent, on se dit que l’album sera vite oublié, mais grâce à la face B et au standard revisité de « Shaft« , avec « Shaft II« , le disque prend une toute autre dimension … le rythme s’emballe, nos jambes aussi, la fameuse guitare wah wah du thème du film ressort comme par magie, sur un instrumental fou et jouissif.

les arrangements de « Shaft II » sont magistraux, uniques : violons, trompettes, basse entêtante … chœurs discrets … l’ensemble est harmonieux. Superbe instru de 10 minutes, suite logique de la version chantée ! Mixé par le DJ New-yorkais Jim Brugess en personne, qui a fait revenir tous les musiciens présents en 1971, 7 ans après. Dans les bonus vous aurez aussi droit à la version encore plus funky (jeu de percussions) , la 12″Disco version, de 11 minutes.

Puis « Zeke the freak« , est un bon titre aussi, dansant, mêlant rythmique funk à des connotations afro et disco. Les cuivres sont rois, l’ambiance est clairement disco en cette fin des années 70’s. L’album se finira plus tranquillement avec une reprise de James Taylor, « Don’t let me be lonely« , ballade soul-pop.

BBR nous régale avec un autre album réédité au même moment, testez aussi « And once again » (avec 4 bonus).

>> Site officiel

>> Discographie

 




About the Author

Mpls
Administrateur et Co-créateur du site. Fan de funk et de toutes les musiques décrites ici ; mais surtout grand admirateur de Prince. N'hésitez pas à me conctater pour toutes infos ou échanges.