Review

Label : Hi Records (1976)

Le premier morceau, «On The Loose» , annonce la couleur: sons de guitare «savonneux», arrangements cordes sautillants des Memphis Strings… Le ton est relax ! Le Hi Rhythm Band enregistre en 1976 leur premier et unique album abandonnant, pour un temps, leur rôle d’accompagnateurs de luxe pour les artistes phares du mythique label Hi Records (Ann Peebles, Syl Johnson, Al Green…). Et même si l’atmosphère est détendue, Archie Turner, Howard Grimes et trois des frères Hodges (Mabon à la guitare, Leroy à la basse et Charles au piano et orgue) n’en ont pas pour autant mis de côté leur nature de groovers légendaires.

Le morceau «I Remember Do You», à mon sens le hit de l’album, rappelle que le groupe fait partie de la fine fleur de la southern soul. La ligne de basse nous renvoie directement à certains tubes des Meters et les cœurs de la fin du morceau ne sont pas sans nous rappeler, là aussi, certaines productions du groupe de la Nouvelle Orléans.

D’ailleurs et bien que l’on retrouve l’inévitable Willie Mitchell derrière les commandes, l’album se rapproche d’avantage des ambiances de certains albums de Sly and The Family Stone. Le morceau «Superstar» et sa partie de banjo en est un bon exemple !

Certes moins prolifiques que leurs collègues des Mar-Keys ou encore des MSFB, le Hi Rhythm Band pouvait en revanche se targuer d’être un des rares groupes de studio toujours en activité. Pouvait? Mabon « Teenie » Hodges est décédé en juin 2014, laissant le Memphis Sound orphelin de celui qui aura largement contribué à l’âge d’or d’Hi Records par son jeu de guitare minimaliste et ses talents d’écriture. On aura notamment pu redécouvrir le groupe dans les années 90, sur l’excellent album Back in the Game de Syl Johnson paru chez Delmark Records.

Malgré, selon moi, quelques faiblesses («Purple Raindrops», «You Got Me Comin») ou en tout cas un petit côté redondant dans son déroulement, cet album mérite le coup d’oreille pour son originalité mais aussi d’un point de vue historique : peu de temps après sa sortie le label est vendu à Cream, Al Green décide de se consacrer pleinement au christianisme et le disco commence à prendre la main ce qui aura pour effet de marquer la fin des années dorées pour Hi Records.

Petite remarque, leur morceau «Black Rock» n’apparaît que sur la réédition paru chez Fat Possum Records en 2013.

>> Discographie



About the Author

Guillaume Levallois
Nantais de cœur, fan de musique afro américaine en général, je suis particulièrement friand de blues, de funk et de jazz avec une affection singulière pour le son et l'atmosphère qui se dégage de la ville de la Nouvelle Orléans. Egalement guitariste, j'aime à partager mes goûts musicaux et découvrir ceux des autres... Fonkadelica is the place to be !