Review

Label : Nueva Onda Records (2014)

Au commencement, il y a Sébastian Danchin, écrivain, producteur, directeur artistique et spécialiste des musiques afro-américaines. Celui-ci a depuis longtemps en tête de travailler avec Toni Green, diva de la soul, originaire de Memphis. L’idée lui vient alors de proposer à la chanteuse une collaboration avec les nantais de Malted Milk qui déboucherait sur un album et une tournée… Nous y sommes !

D’abord, sur le papier l’association des deux semble logique : Toni Green fait partie des figures de la soul sudiste : elle a enregistré avec l’immense Willie Witchell au sein du label Hi Records (Al Green, Syl Johnson, Otis Clay, Ann Peebles, O.V Wright) et collaboré avec, entre autres, Isaac Hayes, Luther Ingram, les Doobie Brothers, Ann Peebles

De l’autre côté de l’Atlantique les Milkmen s’imposent depuis une quinzaine d’années comme un des groupes français les plus en vue de la scène blues funk en France et au delà.  Là-aussi, les liens entre Malted et Memphis sont fort : en 2007, ils connaissent la consécration internationale en étant finalistes de l’International Blues Challenge de Memphis. Depuis, leur répertoire ne cesse d’évoluer vers le funk et la soul, largement influencé par le son made in Memphis associé au label Stax mais surtout à celui d’Hi Records et son house band : le Hi Rhyhtm Section.  Ils ne se privent d’ailleurs pas d’afficher ces influences tout au long de leur discographie. On peut par exemple citer les reprises de Syl Johnson: « Dresses Too Short et I Hear the Love Chimes » paru sur Sweet Soul Blues (2010- Dixiefrog) ou « That Wiggle » sur leur dernier album Live On Stage Tonight (2014- Dixiefrog).

Les premières sessions de travail ont lieu en janvier 2014. L’alchimie prend et, fort de cette dynamique, la toute nouvelle formation entre au studio Bonison dès mars 2014 afin de graver les 13 titres qui constitueront le premier album du projet Milk Green.

Première écoute, premiers constats : on ne nous a pas menti, la dame en impose ! Energie, présence, technique, émotion, Toni Green, passez-moi l’expression,  n’est pas là pour enfiler des perles. Derrière, les gars prouvent qu’ils sont largement au niveau : Richard Housset à la batterie est une machine réglée à la perfection, accompagné pour les fréquences basses de l’immanquable Igor Pichon (on l’a croisé récemment avec Nina Attal et Karl W Davis). Les guitares sont assurées par Arnaud Fradin, au vibrato toujours aussi saisissant et Eric Chambouleyron à la rythmique (figure de la scène blues nantaise) qui remplace Yann Cuyeu parti officier vers d’autres horizons (Karl W Davis et Audrey Lopes notamment). Récemment embauché, Timothée Bakoglu tient le poste au clavier. Enfin chœurs, section cuivre et violons amènent la touche finale à des arrangements déjà bien aboutis.

Ballades et productions plus pêchues s’entremêlent et l’album, définitivement soul, trouve un bel équilibre entre nouvelles créations, compositions de Malted Milk ou de Toni Green, reprises d’Ann Peebles (Slipped, Tripped and Fell in Love) de Garnet Mimms (As Long As I Have You) de Syl Jonhson (That Wiggle) ou de Mary J. Blige (I Can Do Bad).

Sans réinventer le genre Milk Green offre ici un opus de grande qualité dans lequel se dégage une atmosphère qui va au-delà de la simple collaboration backing band-chanteuse que l’on aurait pu redouter sur ce genre de projet. Quand chacun se met au service de la musique, ce type d’union prend tout son sens, et nous donne indéniablement envie d’entendre ce répertoire joué en live. Cela tombe plutôt bien puisqu’une tournée se profile à l’horizon. On y sera !

>> Page du label sur le projet

 



About the Author

Guillaume Levallois
Nantais de cœur, fan de musique afro américaine en général, je suis particulièrement friand de blues, de funk et de jazz avec une affection singulière pour le son et l'atmosphère qui se dégage de la ville de la Nouvelle Orléans. Egalement guitariste, j'aime à partager mes goûts musicaux et découvrir ceux des autres... Fonkadelica is the place to be !