Review

Label : Counterpoint Records

C

et  album « Seasons Change » des Américains Fertile Ground (leur troisième) est certainement le moins expérimental de leurs productions mais il reste le plus aboutit et le plus « carré ». Les musiciens paraissent avoir fourni un véritable travail d’équipe et avoir passé du temps sur l’écriture des morceaux. Je reste ébahi devant la performance de la chanteuse Navasha Daya, inconnue en dehors de son travail sur les albums de Fertile Ground, mais dont le talent n’a rien à envier aux « divas » de la soul. Sa voix se pose à merveille sur la rythmique fluide du tandem Basse/Batterie. (grâce entre autre au nouveau batteur Howard University nouvelle recrue de cet opus).  La tête pensante du groupe, James Collins, produit, joue des claviers et compose la plupart des titres, mais fédère aussi une véritable ambiance musicale fraternelle.

Il y a toujours ce « je ne sais quoi » qui fait de cet album une production en marge du standard soul commercial, à la limite de l’auto-production. La pochette et les photos pourraient avoir été « shooté » pendant les sessions du premier album d’Arrested Development ! Et c’est vrai que ce coté « Soul Ecology » qui planait sur ce groupe colle très bien à Fertile Ground.

Les meilleurs titres sont les ballades/mid tempos de l’album : « Freedom », « like Poetry », « more to Life » (avec Maysa Leak !), « Drive », « Take me Higher ».

Produit sur le label américain Counterpoint Records (label de Jake Behnan) cet album est une réussite de sensualité et de cool attitude, à mi-chemin entre le savoir faire des anciens et les orfèvres de la soul contemporaine.

>> En savoir plus sur Fertile Ground



About the Author

Docteur Soul