Review

Label : Kudu records (1972) – Soul Music Records (2014) Réédition Expanded Edition

Voici une autre diva oubliée du monde Soul-Jazz. Esther Phillips, de son vrai nom Esther Mae Jones, est une chanteuse américaine, née en à Galveston (Texas) et décédée le à Torrance (Californie). Découverte par Johnny Otis en 1949 lors d’un concours de chant, à 14 ans, elle a eu une carrière hachée et tumultueuse entre merveilles sonores, prouesses vocales et déchirements humains sous emprise d’alcool et drogues.

Alcoolique et héroïnomane alors qu’elle était encore adolescente elle fut contrainte d’interrompre sa carrière avec Otis quelques années, dès 1954. Après avoir signé pour Atlantic pour trois ans, elle replonge et après une cure de désintoxication de 1966 à 1969, elle signe finalement un retour en force chez Kudu Records (CTI), dont cette reprise poignante sur la drogue « Home Is Where You Hatred Is » ( l’original est de Gil Scott Heron’s) qui sera une des chansons symbole de cet album : « From A Whisper To A Scream ».
Ce dernier sera d’ailleurs nommé aux Grammy Awards, mais c’est Aretha Franklin qui obtint finalement la récompense. Celle-ci l’offrit à Esther Phillips déclarant qu’elle la méritait plus qu’elle ! Quelle reconnaissance !

Sa voix est si particulière, éreintée, rauque et fluide à la fois. Vous vous en rendrez compte tout le long de cet album soul, aux accents Staxionniens ! Une voix entre Aretha et Mavis Staples … avec la même énergie scénique. 9 titres soul qui transpirent l’émotion, la force. l’album est arrangé et joué par des musiciens de talents du monde du jazz, tel le grand Pee Wee Ellis qui conduit et arrange cet opus ! Rien que çà ! Dans les musiciens à citer vous retrouverez : Gordon Edwards à la basse, Bernard Purdie à la batterie, Eric Gale à la guitare, Hank Crawford (sax) … et pas moins de 30 musiciens de studio impliqués.

C’est une soul arrangée, avec violons, cuivres, basse agile, de la harpe, de l’orgue, des guitares bluesy etc. Le bon cocktail pour en faire une référence du genre. Vous y retrouverez aussi une autre reprise de Marvin Gaye « Baby, i’m for real« , un titre assez soul-rock avec « Sweet touch of love« , et quelques autres perles vocales …

Dans les 4 bonus, une reprise d’Ella Fitzgerald, « A beautiful friendship » et une de Carole King « Brother Brother » (morceau up-tempo, relevé). Et quelques autres morceaux égarés lors de la session d’enregistrement en 1971. Le tout remasterisé avec soins par Soul Music Records.

Esther nous a quitté en 1983, jeune, à 48 ans d’une insuffisance rénale et hépatique, conséquences de ses excès passés. Mais la voix reste gravée, le talent aussi. Enjoy the show of Miss Phillips !



About the Author

Mpls
Administrateur et Co-créateur du site. Fan de funk et de toutes les musiques décrites ici ; mais surtout grand admirateur de Prince. N'hésitez pas à me conctater pour toutes infos ou échanges.