Review

W

ax Poetics, le magazine anglophone de référence sur la culture afro américaine, a décidé de se lancer, dans l’aventure des sorties discographiques, dans un marché pourtant largement en crise parait’il ! Wax Poetics Records décide donc pour cette première mouture de rééditer un album plutôt rare celui des East of Underground. L’histoire de ce groupe est un peu le reflet de l’histoire tourmentée des U.S.A en cette fin de XXème siècle. On est en 1971, alors que la guerre est à son sommet au Vietnam et que toute la nation est imprégnée par cette tragédie, quelque part sur une base U.S en Allemagne, un groupe vient de gagner un concours organisé par les forces armées. Les East of Underground composés de quatre musiciens et trois chanteurs gagnent l’opportunité, d’enregistrer leur album dans un studio réputé de Franckfort.

Au final cet album, avec ses reprises de standards soul & funk de l’époque, est un concentré d’énergie, à la fois épuré et brut de décoffrage musicalement, mais aussi soyeux et surprenant vocalement avec les trois chanteurs qui par moment proposent des harmonies proche des Temptations. Côté tracklisting beaucoup de titres incontournables de l’époque : « I want to take you higher » de Sly & The Family Stone, « People get ready » et « (Dont’ worry) if there’s a hell bellow, we’re going to go » de Curtis Mayfield, « Walk on by » crée par Burt Bacharach & Hal Davis intérprété par Dionne Warvick ou Isaac Hayes entre autre, « Smiling faces sometimes » écrits par Norman Whitfield, chantés successivement par les Temptations et les Undisputed Truth ou encore les medleys « I’ll bet you/ California Dreamin' » de Funkadelic/ Beach Boys ou « Popcorn / Oye Como va » de James Brown/Tito Puente. Que du lourd je vous dis !

En tous cas même si ces reprises ne surpassent pas forcément les compositions originales, il est intéressant de constater l’importance de la musique pour évacuer le stress et les temps morts des troupes. C’est d’autant plus surprenant que certains morceaux sont fortement engagés et paraissent en opposition total avec l’idéologie et l’esprit militaire relativement rigides. Mais autre époque, autres moeurs ! Un témoignage palpitant en tous cas, qui malgré ces quelques faiblesses n’en demeurent pas moins authentique !

>> La playlist complète



About the Author

Boogie Bass
Co-créateur du webzine Fonkadelica, Boogie Bass est également responsable de l'emission de radio du même nom et dee jay à ses heures perdues (premières parties de Keziah Jones, Macéo Parker, Souljazz Orchestra, The Excitements, Amp Fiddler...).