Review

Label : Dunham / Daptone

En un album, « No Time For Dreaming » (sorti en 2011) et des concerts à travers la planète, Charles Bradley est devenu une des figures incontournables de la scène soul actuelle. Il faut dire que le bonhomme, par son vécu mouvementé, tragique et par sa voix, chaude, rocailleuse et bluesy (parfois proche du Godfather of Soul), s’est révelé être immédiatement un artiste à la sensibilité exacerbée  totalement authentique. De plus la présence, du Menahan Street Band, en backing band, a largement contribué à assoir durablement la crédibilité de Mr Bradley.

On le sait, le passage du deuxième album est souvent un exercice perilleux. L’intelligence de ce deuxième opus,  est de proposer du changement dans la continuité (n’y voyez aucun slogan politique !). En effet la soul, down et midtempo qui avait fait le succès de son premier essai, est bien présente : « Strictly reserved for you » premier extrait officiel et premier clip ou des titres comme « Let love stand a chance », « Victim of love« , ou « Through the storm » en sont de bons exemples.

Mais « Victim Of Love » offre beaucoup, plus. Les orchestrations sont beaucoup plus subtiles, fournies, denses. On pourrait même dire qu’il y’a quelque chose d’épique et de psychédélique sur des morceaux comme « Love Bug Blues », « Confusion« , ou « Where do we go from here« , où sans aucun doute le savoir-faire de composition et d’arrangements de Thomas Brenneck, Leon Michels, Homer Steinweiss & co, fait une fois de plus des merveilles !

Avec « Victim Of Love », Charles Bradley confirme largement sa stature de Soul Brother, qui si on ne peut dire si il est le n°1 ou non, rentre en tous cas dans la catégorie des grands. De plus la maitrise artistique des équipes Dunham/ Daptone prouve encore une fois, que même si la création soul et le funk s’est largement mondialisée, son épicentre est encore du côté de Brooklyn, N.Y.C, USA ! Soul is still alive !

>> Le site officiel de Charles Bradley




About the Author

Boogie Bass
Co-créateur du webzine Fonkadelica, Boogie Bass est également responsable de l'emission de radio du même nom et dee jay à ses heures perdues (premières parties de Keziah Jones, Macéo Parker, Souljazz Orchestra, The Excitements, Amp Fiddler...).