Review

Label : TABU Records

TABU records nous fait le plaisir de ressortir son back catalogue en version deluxe, son remasterisé, avec bonus, et livret complet contenant les paroles de chansons, des liners notes complètes … et un beau packaging carton dur de qualité. Au menu ici ? Un brainstorming d’idées funky sous le nom énigmatique de « Brainstorm » (Voir la pochette).

BRAINSTROM est un groupe américain de Détroit, qui a débuté sa discographie en 1977 avec cet album « Stormin’ » sur le label TABU records. S’en suivront deux autres albums, mais ce 1er restera le meilleur et le 1er du label. Cet album est un bijou de production, dans un style funk-pop-disco inimitable. Produit par Clarence Avant (fondateur du label) et Jerry Peters.

Le groupe est une association de musicien de studio de renom, qui ont travaillé avec les plus grands producteurs et groupes de funk soul des années 70. Les membres de la bande étaient : Belita Woods au chant (qui plus tard retrouvera les Funkadelic, et qui est décédée en 2012), le leader et fondateur du groupe, le saxophoniste Chuck Overton ; Lamont Johnson à la basse fretless et au chant, Renell Gonsalves à la batterie, Trenita Womack au chant, percussions et flûte ; et Bob Ross (aka Professor RJ Ross) aux claviers, ; Gerald (Jerry) Kent à la guitare, Jeryl Bright au trombone, et « Leaping » Larry Sims à la trompette. De plus à ce beau monde vous ajoutez le future membre de Wham / le groupe de George Michael, le bassiste Deon Estus qui était également un membre du groupe pendant un certain temps.
Ils ont tous poursuivi leurs carrières musicales avec d’autres groupes ou dans la production.

« Love is really my game » est le 1er titre et 1er tube du label Tabu, titre disco-funk très entrainant, dont vous découvrirez ici toute la richesse grâce aux quatre versions présentes sur cette réédition. Des productions de violons et de synthés viennent habilement entourer la voix puissante de Belita pour en faire un gros tube que vous retrouverez dans plusieurs B.O de films de l’époque !

 « Waiting for someone » est un titre chanté et composé par Trenita Womack, flutiste (qui lâche un superbe solo final) et percussionniste. Morceau souful, plutôt lent au départ mais qui décollera grâce aux cuivres.

Puis vient le tube « This must be heaven« , titre magique slow tempo inspiré d’un autre titre de Quincy Jones qu’ils aimaient jouer live « If I ever Lose this Heaven« . Superbe intro saxo de Charles Overton, et deux voix très sombres en duo de Lamont Johnson et Belita Woods, posées sur des choeurs planants.

 Le groove reprend ses droits avec « Easy Thangs« , titre dans l’insipration de Sly Stone, guitares rythmiques, cuivres, choeurs psychadeliques, chanson populaire ! Après une belle « Prélude » aux synthés, le tube « Wake Up and be somebody » débarque ! Une intro bizarre à la basse-voix, et le groove se dépose doucement en cresendo, jusqu’à l’explosion des cuivres à 1min 30, qui apparaissent comme une grande lumière ! Le morceau jaillit avec force, et un funk incomparable. Titre très dansant !

Sur « Stormin' » la basse reprend ses droits, les claviers se délectent, le funk est omni présent ! Cuivres, clapement de mains etc qui ne nous quitteront plus jusqu’à la fin du disque. De plus cette édition vous propose 5 titres bonus !

Belle première réédition du label, et beau 1er disque qui conta l’histoire de ce label que nous manquerons pas de vous faire découvrir sur ce site !

>> Site du bassiste

>> Discographie

 

 



About the Author

Mpls
Administrateur et Co-créateur du site. Fan de funk et de toutes les musiques décrites ici ; mais surtout grand admirateur de Prince. N'hésitez pas à me conctater pour toutes infos ou échanges.