Review

Label : Mascot Records

BOOTSY !!! le bassiste légendaire qui a joué avec les plus grands : de James Brown à George Clinton a écrit quelque part l’histoire du funk. Ses albums des 70’s et du début des 80’s sont légendaire ! Ceci dit depuis ses dernières années son aura s’était un peu éteinte ) cause entre autre d’un opus très controversé « Play With Bootsy » sorti en 2002 beaucoup trop moderne et R&Bisant pour certains et d’un album de Noël « Christmas is 4 ever » sorti en 2006 pas ultra transcendant non plus ! On était donc en droit d’attendre beaucoup d’un des artistes les plus funky et déjanté de la planète. Alors que l’attente fut un peu trop longue, la première écoute elle fut mitigée. Beaucoup de productions, de bruitages, de featurings, de strass, etc … bref la peur du trop au final ! Et puis avec plusieurs écoutes, l’album se laisse finalement approcher, apprivoiser, et on découvre un funk dense, intense, poussé à son paroxysme, alors on y regarde à deux fois !

Le style reste inimitable, gimmick vocaux, basse surpuissante (plutôt infra-basse que basse slappée), des variétés de styles qui peut-être encore une fois surprendront ls puristes (hip hop, latino, funk, jazz, soul, ballade mielleuse) !
Après une intro parlée (il y a pas mal de moments parlés (trop ?)) le funk hip-hop cher à bootsy depuis 10 ans apporte la prmière vibe, avec Snoop Dog, Ice Cube, Chuck D. Vient ensuite la tentative de jam avec Jimi Hendrix (à partir de bandes retrouvées), plus un hommage qu’un réel intérêt musical, car ce titre reste brouillon, bruyant dans son ensemble. Le meilleur titre à l’ancienne est pour moi le tribute à JB’s (le titre le plus groove sans basse  écrasante et avec un Fred Wesley qui s’envole avec Al Sharpon en Mc).

Deux morceaux un peu trop surproduits suivent, et avec encore beaucoup de parlote. Puis « Kool Whip« , vrai réussite de funk modernisé. « The Real deal » le morceau avec Sheila E est très bon, très dansant. Suivi de près du titre avec Bobby Womack, seul tube potentiel en radio, qui se laisse écouter. La bonne surprise est le titre à tendance latino, vraie réussite. Buckethead fait son travail guitaristique après sur de beaux solos de gratte, et beaucoup de psychadelisme avec « Minds under construction« . George Clinton, lui n’apporte pas grand chose si ce n’est un nouveau parlé.

« Tha Funk Capital of the World », est un bon album au final sans avoir l’inérêt des ses meilleures oeuvres. Pour ce projet, Bootsy Collins a voulu rendre hommage à tous les artistes qui ont influencé et partagé son immense carrière musicale. L’hommage est presque réussi. Sans être l’album funk de l’année c’est toujours aussi bon d’entendre ce bon vieux Bootsy !

>> En savoir plus sur Bootsy

>> Discographie

>> Site

 



About the Author

Mpls
Administrateur et Co-créateur du site. Fan de funk et de toutes les musiques décrites ici ; mais surtout grand admirateur de Prince. N'hésitez pas à me conctater pour toutes infos ou échanges.