Review

Label : Allo Evolution & NPG Records

Découverte au sein de la formation scénique de Prince durant sa tournée de 2011, et notamment lors d’un passage promotionnel sur Canal +, Andy Allo a bénéficié alors d’une exposition que d’aucuns ont jugé abusive. Si l’irrésistible groove syncopé de son titre People Pleaser servait idéalement sa jolie voix, sa présence fantomatique en tant que guitariste d’appoint et les dessins risibles qu’elle réalisait en direct laissaient croire cependant qu’elle n’était qu’une nouvelle potiche de Sa Majesté.

La différence avec les précédentes muses de l’artiste (Mayte, Tamar Davis, Bria Valente) est qu’elle possédait un album autoédité à son actif (Unfresh, 2009), indiquant une autonomie artistique que l’on retrouve aujourd’hui dans son deuxième essai, publié par Prince sur NPG Records à la fin de 2012.

Le chanteur et musicien y écrit deux plages, en co-signe une troisième, joue en principe sur la totalité du projet, qu’il a également contribué à mixer. Pour le reste c’est Allo qui est à la baguette, dans une alternance de titres funky et de ballades à dominante acoustique, à l’exception de la pop robotique un poil irritante de l’introduction éponyme (Superconductor, rythmé par Michael B.) » . Suit l’excellent People Pleaser évoqué plus haut, réhaussé par les cuivres des Hornheads, que l’on avait plus entendu chez Prince depuis 2001, de Maceo Parker et de Trombone Shorty, deux artistes également présents sur If I Was King, une sauterie reggae-funk de très bonne facture. L’ombre flatteuse de Minnie Riperton plane sur un The Calm mélancolique, Yellow Gold verse dans le mid-tempo disco à la rondeur onctueuse, tandis que le dépouillement radical de Long Gone et The Story Of You & I révèlent une faiblesse de la chanteuse à maintenir l’attention sans artifices. Plus habillées, Nothing More et When Stars Collide sont deux autres ballades qui inspirent néanmoins, par manque de profondeur, un ennui similaire.

A l’analyse du disque, son véritable enseignement réside en réalité, malgré ses carences, dans les retrouvailles de Prince avec les chaudes sonorités organiques qui avaient déserté ses dernières livraisons personnelles. Les nouvelles qu’il donne en ce début 2013 semblent confirmer la tendance, on peut alors espérer que la jeune artiste ait été d’une inspiration durable sur son mentor, à défaut de convaincre solidement sur son propre talent.

>> Site

Le disque en format CD n’est disponible qu’en import sur Amazon.com, sinon en Mp3 (lien ci-dessous) ou sur ITunes :



About the Author

Tangi
Membre de l'équipe entre 2004 et 2006, contributeur depuis 2001, Tangi a également été animateur d'émissions radio soul-funk à Nantes aux côtés de DJ Bassline. Il tient aujourd'hui le blog "Prince à la Source"