FONKADELICA
Webzine Funk Soul & Groovy


Interviews

15 juin 2011

Mr PRESIDENT – Un programme qui tient ses promesses ! (2011)

 Si le projet Mr President, initié par le prolifique et touche à tout Bruno « Patchworks » Hovart a vu le jour en 2006 avec un premier maxi du nom de « Gimme me some time », il faudra attendre 2011 pour que l’ensemble puisse prendre la forme d’un véritable album « Number One » ! (Favorite Records). Entre temps plusieurs maxis et 45t mettront le feu aux poudres dont son excellente reprise du « Love & Happiness » de Al Green, playlistée un peu partout ! Chez Fonkadelica, on est a depuis longtemps acquis à la cause de cet artiste, et on se devait de le rencontrer pour vous présenter plus en détail cette nouvelle production qui transpire le funk par tous les sillons ! Patchworks for President ! Lui tient ses promesses !

FONKADELICA : Peux-tu nous présenter cet album en quelques mots ?

Patchworks – Bruno : C’est un disque que j’ai conçu seul et pour lequel j’ai fait appel à des vocalistes lyonnais avec qui je travaille régulièrement. C’est une vraie affaire de famille puisque chaque invité est de près ou de loin lié au label Favorite Recordings.

Est-il vrai que le projet Mr President est né après que tu aies vu Sharon Jones and The Dap Kings en concert ?

Plus ou moins…le projet a évolué depuis, mais c’est sur qu’assister à leur show il y a quelques années a été un vrai moteur pour produire un disque de « Deep Funk » !
Ce sont vraiment les champions du monde de la discipline. Cela étant, on retrouve sur mon disque d’autres couleurs plus cinématiques ou des influences « Spanish Harlem » notoires !

Tu as de nombreuses casquettes : compositeur, musicien multi-instrumentiste, producteur, arrangeur, DJ/animateur radio… Et de nombreux projets artistiques tels que Metropolitan Jazz Affair (jazz), Cinnamone (deep house), Patchworks (funk,afrobeat), Patchworks avec Mr Day (soul), Uptown Funk Empire (deep-funk, disco), Mr President et j’en passe, le tout sur des labels différents !

En effet, le meilleur moyen de ne pas tourner en rond reste encore de se diversifier en termes de type d’acticité et/ou d’orientation musicale… Par exemple, en ce moment, je suis dans une phase pop…Cela se ressentira sur le prochain disque de Mr Day, car lui et moi sommes bien en phase !

A part être capable de dormir en jouant d’un instrument en même temps vu la densité de tes créations, comment te définis-tu avant tout ?

Je suis un producteur avant tout, ce qui signifie que ma mission première est de transformer des idées (les miennes ou celles des autres) en projet concret. Il y a plein d’étapes sympa ou pénibles à assurer dans l’élaboration d’un disque par exemple. Si je travaille avec un chanteur, alors j’essaye de lui donner les moyens d’exprimer le meilleur de ce qu’il a et de prendre à ma charge le maximum de tâches qui pourraient amoindrir sa motivation, sa spontanéité. C’est une méthode que je m’applique à moi-même lorsqu’il s’agit d’un projet solo !

Tes influences sont éclectiques et ouvertes sur les styles : James Brown, Marvin Gaye, Jimi Hendrix, Nina Simone, Run DMC, Beastie Boys, King Tubby, Katerine, Air, Max Romeo, Prince, Curtis Mayfield, Coltrane…

Et encore, bien plus large que ça. Parmi les influences majeures, ou tout du moins les artistes que j’adore, figurent Neil Young, la Motown des 60s, Lee Perry et la musique éthiopienne !

Comment s’est construit ton éducation musicale et cette ouverture ?

Je suis autodidacte sur tous les instruments que je joue, et mon parcours n’a rien d’original (groupes de collège, prods électro, puis retour aux formations live….). Mes parents écoutaient pas mal de musique (en majorité, c’était pas mal), ma grand mère est pianiste (j’ai entendu Chopin toute ma jeunesse), mais je ne sais toujours pas lire une partoche !!!

Quel est ton instrument de prédilection, et de combien d’instruments sais-tu jouer? Les as-tu tous appris en autodidacte ?

J’ai commencé par la guitare avec des disques de blues et un dictionnaire d’accords, puis je me suis plus vite tourné vers la basse, qui est sans hésitation l’instrument que je préfère jouer sur scène (je suis bassiste dans le groupe de Mr Day). En studio, je joue des claviers, de la guitare et je tripote diverses percussions, objets improbables et exotiques !

Etant donné que tu réalises la majorité de tes arrangements, composes-tu en home-studio ?

Pour Mr President, principalement oui. La compo et les arrangements sont deux disciplines que j’aime mélanger ! Après, sur certains projets comme Mr Day, il y a un vrai travail de groupe live dans la mise en place des compos.

Quelle est ta genèse habituelle pour un morceau (si tu en as une!)? Une ligne de basse sur laquelle tu construis ton univers, ou un rythme qui te trotte dans la tête ?

Ca dépend vraiment….si on applique la même recette à chaque fois, les gâteaux risquent de tous avoir le même goût. Cela peut partir d’une guitare sèche / voix ou d’un gros breakbeat, d’une mélodie qui trotte dans la tête….pas de dogme !!!

Lorsque tu composes un nouveau morceau, sais-tu déjà aux premiers stades à quel projet (Patchworks, Cinnamone, Uptown Funk Empire) il sera rattaché ?

Super bonne question !! Pas du tout……mais petit à petit, durant son élaboration, le morceau se déplace vers le cadre d’un projet. Il ya aussi les maquettes qui sont proposées à différents chanteurs et qu’ils s’approprient !

L’équipe avec laquelle tu collabores sur tes compositions semble se croiser d’un projet à un autre, notamment sur le chant : Mr Day, Hawa, Mounam… Comment ces affinités se sont formées ?

Tout simplement parce qu’on a un microcosme de musiciens qui fonctionne très bien dans le quartier de Lyon où nous habitons. Je peux te citer les formations suivantes avec qui les rapports et les échanges sont fréquents : John Milk & Woody Allan, Dialect, Real Fake MC, CHK, Buttshakers, N’Relax, She Demons, JRMNM, Ben Devigne, Rongetz…. On a un vrai tissu riche et large de musiciens, et c’est bien évidemment les chanteurs que l’on remarque le plus !

As-tu déjà une idée de mélodie lors de l’enregistrement des voix, ou laisses-tu libre cours à l’improvisation des chanteurs ?

Pas de dogme, cela dépend des titres. Souvent je propose une mélodie, parfois ils prennent, parfois ils adaptent, parfois ils partent directos sur autre chose !

Tu utilises un maximum d’instruments « live », mais uses-tu aussi du sampling? Pour remplacer des instruments que tu ne pourrais jouer, ou pour créer une ambiance particulière ?

Là aussi, il n’y a pas deux morceaux sur un album comme celui de Mr President où la même recette aurait été appliquée. Ce qui m’importe, c’est la cohérence du résultat, et pour y parvenir, il me semble parfois judicieux d’utiliser du sampling, parfois préférable de faire des prises live….et il arrive très souvent que je sample ou bidouille ces mêmes prises live !

Je crois que par le passé tu as été DJ, continues-tu à faire des sets? As-tu gardé une passion pour le « crate digging », à fouiller les bacs des disquaires lyonnais ?

Je n’ai jamais été DJ ! Même si j’aime bien faire ça ! Je fais plus de la sélection que du mix, tout simplement parce que je n’ai jamais vraiment travaillé la technique du mix. Mais je puise l’essentiel de mon inspiration dans des vieux sons que je trouve chez les disquaires, dans le marchés aux puces, chez des potes……je suis en effet assez attaché au support vinyl !

Tu as de prestigieux invités sur le projet « Patchworks », notamment Amp Fiddler, Archie Shepp… Comment se font ces rencontres ?

Archie Shepp habite en France, donc ce n’était pas compliqué. Je ne vous cache pas que rencontrer un type de cette ampleur était bien impressionnant pour un petit bonhomme comme moi. « Attica Blues » d’Archie Shepp est un album qui m’a complètement bouleversé.
Concernant Amp Fiddler, c’est par l’intermédiaire d’un label de Chicago pour qui je travaillais. On a fait ça à distance (Lyon / Detroit) avant qu’il n’explose médiatiquement. Ce n’est que plus tard que nous nous sommes rencontrés « de visu ». Ce type est génial, tant humainement qu’artistiquement, et sa vie est plus que romanesque !!

Ton son est d’une qualité de production irréprochable, avec une identité propre. Certains s’étonnent même qu’il puisse sortir de notre hexagone…

Ceux qui pensent cela sont idiots…pourquoi le son qui vient d’ici serait meilleur ou moins bon ? Il y a des choses merveilleuses en France ; mais c’est sûr qu’il y a peut être un petit complexe vis à vis des anglo-saxons, ne serait ce que pour la langue. Mais franchement, Nicole Willis, c’est top, et ça vient de Finlande….C’est pas l’AOC d’un vin qui fait qu’on l’aime, c’est son goût (réponse bien française…..) !

Tu sors d’une formation commerciale et non d’ingénieur du son, alors comment expliques-tu cette réussite? As-tu mis longtemps avant d’être satisfait de ton propre son ?

Si tu parles de réussite commerciale, je t’arrête tout de suite parce que j’en suis loin (rires !!!). Le business dans le milieu de la musique est assez complexe. Quelques notions en la matière sont vraiment utiles pour s’en sortir. La part administrative occupe une partie non négligeable de mes journées. C’est probablement là que ma formation est un plus, mais pour ce qui est purement musicale, elle n’apporte rien !

Penses-tu qu’avec les technologies numériques de plus en plus accessibles au grand public, un musicien peut offrir désormais une qualité de production satisfaisante en home-studio ?

Satisfaisante oui je le pense, mais jamais on égalera dans sa chambre la qualité des enregistrements de Motown, Blue Note ou autres grands studio…. Il suffit d’écouter « Mélodie Nelson » pour constater la distance qui nous en sépare ! Après, cela dépend des styles de musique. La deep house ou le hip hop sont des musiques indissociables du home studio !

Tu es associé sur les labels Favorite Recordings/Big Single/The Pusher Distribution avec Mr Day et Pascal Rioux. La vente de disques sans l’appui des majors se porte-t-elle bien? Constates-tu, comme l’indiquent les distributeurs, une nette remontée du vinyl ?

Un maintien du vinyl plus qu’une nette remontée. Le secteur indépendant est en crise, tout comme les majors. Mais les indépendants sont plus souples et plus flexibles, ils peuvent plus facilement continuer à bosser avec moins de moyens, contrairement aux majors qui ne peuvent que dégraisser le personnel…une chose est sûre, on traverse tous une passe vraiment difficile.

Comment vois-tu l’avenir de la musique dans sa mutation imposée par internet et le numérique ? Penses-tu que les musiciens seront obligés de multiplier les cachets des prestations live pour vivre si les ventes de disques continuent de chuter ? Ou les nouvelles approches de vente directes en ligne, comme l’a proposé Radiohead sur la sortie de son dernier album, sont un moyen de booster les achats ?

On ne peut pas comparer un groupe comme Radiohead qui est une major à lui tout seul et le secteur indépendant. Le gros souci est pour moi le fossé qui nous sépare des médias grand public et la palette très limitée d’artistes qu’ils diffusent. Je n’ai pas de visibilité sur l’avenir des ventes, quelques soient les supports. La scène comme moyen de rentrer des sous est très dangereuse… Cela peut conduire à des shows formatés et sans cœur (je ne citerai pas de noms, mais dans la soul music, Dieu sait si il y en a !!!). Oui, il faut faire de la scène, mais parce qu’on a quelque chose à y dire, pas parce qu’il faut rentrer des sous !! Tu ne verras jamais de show de Mr President, parce que cela n’aurait pas de sens. Par contre si tu assistes à un show de Mr Day, tu pourras constater qu’on se donne vraiment à fond !!

Ton succès à l’étranger (Europe, Japon, etc…) est-il beaucoup plus net qu’en France? Si oui, comment l’expliques-tu ?

Cela dépend des projets….et je ne suis pas forcément au courant de là où ça marche ou non…. J’ai eu de belles surprises quand je jouais avec The Dynamics, on était super reconnus en Pologne, ou au Portugal, par exemple….

As-tu un coup de cœur musical à nous recommander ?

Dernier disque acheté : ISHILAN N-TENERE (MississipiRecords), très belle compil de blues du Sahara, en vinyl.
Live : allez voir nos potes « the Buttshakers » sur scène (grosse soul nerveuse ! myspace.com/thebuttshakers)

Quelles vont être tes prochaines scènes françaises ? Avec Mr Day, The Dynamics ? Tu vas aussi tourner à l’étranger ?

J’ai stoppé ma collab avec the Dynamics, donc plus de tour pour moi.
Petite tournée en Autriche avec Mr Day, début avril.

Déjà d’autres projets en préparation ?

Nouveau projet tout frais : John Milk & Woody Allan (duo de rub a dub que je produis : http://www.juno.co.uk/products/choose-your-friends/415196-01/ )
Sinon, à venir : l’album de Hawa, que j’ai produit (il sortira dans quelques mois) et qui vaut le détour ; et le prochain Mr Day qu’on enregistre en studio la semaine prochaine.
Je prépare également un disque de pop et un projet solo jazz !

Merci beaucoup d’avoir pris le temps de répondre à nos questions, et nous te souhaitons bonne chance pour la sortie de « Number One »!! Vu l’accueil explosif que ce disque a eu dans l’équipe, nous ne nous faisons pas de soucis 😉

Merci beaucoup à vous pour votre soutien éternel !!!!!

INTERVIEW REALISEE LE 01 Mars 2011 Par Alex Kapel.

© FONKADELICA.com

 >> SITE

>> DISCOGRAPHIE



About the Author

Fonkadelica
L'équipe de Fonkadelica vous propose parfois des chroniques communes, après des débats endiablés, et des empoignades musclées ! La raison du plus fort finit toujours par l'emporter ! ( A moins que ce ne soit la majorité !).




 
Derniers articles
 

 

DISCO REGGAE volume 2 – la compilation osée, revient !

Tweet Email CevherShare Tweet Email Stix Records est une division de Favorite Recordings, spécialisée dans l’exercice des reprises à la sauce Jamaïcaine. Acclamée en 2013 avec le premier volume des compilations Disco Reg...
by Fonkadelica
15

 
 
Dj moar

DJ MOAR – Son 6ème album « Jazz Soul Scent » dans les bacs !

Tweet Email CevherShare Tweet Email Le nantais DJ Moar revient avec un 6ème album qui devrait faire parler de lui ! En effet l’album « Jazz Soul Scent » disponible depuis le 14 novembre chez Trad Vibe Records en éd...
by Fonkadelica
20

 
 

PATCHWORKS GALACTIC PROJECT – « Space » album surprise

Tweet Email CevherShare Tweet Email Bruno « Patchworks » Hovart est un artiste dont nous avons bien souvent évoqué le talent !  Multi-instrumentiste originaire de Lyon, il est à l’origine des projets de Mr Presid...
by Fonkadelica
5

 




3 Comments


  1. […] "Si on applique la même recette à chaque fois, les gâteaux risquent de tous avoir le même g… […]


  2. […] « Si on applique la même recette à chaque fois, les gâteaux risquent de tous avoir le … […]


  3. […] fica evidente que ele é fissurado na sonoridade negra, seja ela americana, seja ela africana. A proposta do Mr Presidente é mergulhar no funk, no soul-funk americano. Não por acaso três das referências de Bruno Hovart são Georges […]



Laisser un commentaire