FONKADELICA
Webzine Funk Soul & Groovy


Interviews

6 juin 2003

LARRY GOLD – The Sound Of Philadelphia (2003)

Natif de Philadelphie, Larry Gold a baigné depuis le plus jeune âge dans la musique classique en particulier. Sa notoriété a commencé au milieu des années 60 alors qu’il forme le duo folk Good News avec un ami d’enfance Michael Bacon. Le groupe tournera énormément et sortira un album éponyme en 68 (Columbia). Quand le duo se sépare Larry retourne à la musique classique, mais Kenny Gamble et Leon Huff (de Philadelphia International Records) savent le convaincre de revenir à la soul. Dans les années 70 The Sound of Philadelphia (TSOP), le label de Gamble and Huffs, domine le monde de la soul et puis de l’ère disco, grâce à des tubes comme « Bad Luck » de Harold Melvin and the Bluenotes, « Love Train » des OJays et « Me and Mrs. Jones » par Billy Paul. En tant que membre de MFSB, l’orchestre maison de TSOP, Larry a joué du violoncelle sur des centaines de hits des Jacksons, Teddy Pendergrass et le Three Degrees, et bien sûr sur le célèbre « Love Is The Message » de MFSB. Aux cotés de Thom Bell (l’homme derrière les classiques des Stylistics « La La Means I Love You » et « Mighty Love » des Spinners), Larry apprend à composer, arranger et produire de la soul, et la meilleure qui soit. Il récoltera notamment des disques de platines en tant qu’arrangeur de Aint No Stoppin Us Now, interprété par McFadden and Whitehead.

Après avoir créé des musiques pour enfants, Larry revient vers le R&B A la fin des années 80 et produit Eric Gale, the Whitehead Brothers, et Freddie Jackson en particulier. En 1995 Larry s’associe à Jon Smeltz pour ouvrir, toujours à Philadelphie, le Studio, une référence du genre qui attire les plus grands artistes (R. Kelly, AC/DC, The Roots, Erykah Badu…) de Philadelphie et d’ailleurs. Larry aurait pu se contenter de gérer un studio très couru, mais il trouve le temps de continuer à écrire et produire. On lui doit les arrangements de cordes de Brandy and Monica (« The Boy is Mine »), Jennifer Lopez (« If You Want My Love »), Eric Benet (presque tout l’album Day in the Life), Jill Scott, Erykah Badu, The Roots, Common, JazzyFatNastees…

Il est de retour en 2003 pour un album édité par BBE ! Il nous délivre les secrets de celui-ci !

Fonkadelica : Quels souvenirs gardez-vous de la période passée avec MFSB ? Qu’est-ce que cette période vous a apporté professionnellement et personnellement ?

Larry Gold : Les prestations scéniques avec ce groupe, en 1973, restent un de mes plus forts et plus tendres souvenirs. La section rythmique du groupe plus le travail de Leon au piano,…C’était incroyable ! TSOP a été une école pour moi. J’ai appris comment arranger et comment produire un titre avec le plus incroyable groupe de musiciens qui soit. La réputation de Gamble, Huff et Bell n’est pas un mythe. Ils étaient magiques et je le savais alors je m’asseyais, je les écoutais et j’apprenais.

 Vous avez travaillé avec plusieurs générations d’artistes : Quelles différences voyez-vous entre ces générations dans leur approche de la musique ?

Larry Gold : Il n y a pas de différences fondamentales. La nouvelle génération de chanteurs et musiciens de Philadelphie aime ce qu’elle fait et elle le fait bien. Nous utilisons toujours des musiciens ‘acoustiques’ pour l’enregistrement de nos disques, ça donne davantage de chaleur au son…Je veux dire un son moins digital.

Vous avez également touché à des genres multiples : Jazz, Soul, Funk, R&B…Comment faites-vous pour être aussi à l’aise dans tous ces genres ?

Larry Gold : La musique, c’est la musique, peu importe le genre. C’est l’amour de ma vie et je n’en ai pas vraiment de favorite. J’ai des goûts très éclectiques. Tout est une affaire de notes, de ‘feeling’ et d’associations de sons, de notes.

Comment expliquez-vous le succès du son de Philadelphie ?

Larry Gold : A la différence de Los Angeles ou New York, Philly est une petite ville. Tu es donc plus à même d’avancer seul, par toi même. Nous avons toujours su aider nos talents locaux pour les faire grandir vocalement et musicalement. La ‘Black Church’ a toujours su faire autorité. On lui doit la réussite de nombreux jeunes musiciens. Ils sont authentiques parce qu’ils jouent ‘live’. Bien que les Roots soient un groupe de Hip-Hop, ils ont toujours joué ‘live’, même lorsque ce n’était pas à la mode. Je crois que le courant ‘Nu Soul’ de Philadelphie n’existerait pas sans cette donne. Nous avons une riche histoire en musique black dans cette ville. Les jeunes artistes, qu’ils soient auteurs/compositeurs ou producteurs connaissent et sentent cette histoire.

Vous avez écrit ou arrangé de nombreux classiques comme le fameux «Ain’t No Stoppin’ Us Now». Où trouvez-vous l’inspiration pour créer aujourd’hui ? Quel est votre but ?

Larry Gold : Je passe mes journées à écrire et je recherche toujours l’inspiration auprès des chanteurs et de leurs chansons. En fait, j’ai exactement la même démarche que lorsque j’étais plus jeune. Et puis, je joue du violon tout les jours. Je suis arrangeur et producteur 24 heures sur 24…Je serais perdu sans la musique. Mon seul but est de communiquer, d’émouvoir les gens. Je n’ai pas de messages particuliers.

Vous qui avez un studio hig tech, que pensez-vous des nouvelles technologies ? Est-ce toujours positif pour la musique où voyez-vous des aspects négatifs ?

Larry Gold : Il est toujours passionnant d’avoir de nouvelles inventions mais il ne faut pas croire que tout est acquis grâce aux nouveaux outils. Pour moi, c’est l’émotion qui doit l’emporter sur la technologie lorsque j’écoute une grande chanson. L’important est de faire réagir le corps et l’âme.

Y a t-il encore des artistes ou producteurs avec lesquels vous aimeriez travailler ?

Larry Gold : J’ai eu la chance de travailler avec les meilleurs de chaque génération.

Etes-vous au courant des nouvelles musiques comme le Drum & Bass, le Trip-Hop ou ce genre de choses ? Ca vous intéresse ?

Larry Gold : J’étais en Europe récemment et je me suis pris quelques disques de Drum & Bass et des autres musiques dont vous parlez. Je suis constamment à l’écoute des nouveaux styles, surtout grâce à mes amis musiciens dont l’âge est plus jeune que le mien. Je suis tout ce qui se fait dans la limite du temps que je peux y accorder et toute les musiques m’intéressent.

Qu’est ce qui vous rend le plus fier sur votre nouvel album ? Pouvez-vous nous expliquer le titre ?

Larry Gold : Ce dont je suis le plus fier, ceux sont mes amis, célèbres ou non, qui ont bien voulu participer à ce disque. Sans leurs efforts, rien n’aurait été pareil.
Lorsque je suis allé à New York pour l’émission ‘MTV Unplugged’ consacrée au rapper Jay-Z ( avec les Roots ), j’ai été présenté à Jay Z et quelqu’un a dit, je ne sais plus si c’était Jay Z, Black Thought ou Jaguar Wright : « Eh, c’est Don Cello ! ». Un de mes vieux amis, l’agent de tous les musiciens de l’époque, s’appelait Vincent Pignotti mais son surnom était ‘Don Renaldo’. Alors ce titre était aussi une façon de lui rendre hommage.

Pourquoi avoir choisi le label BBE ? Je suppose que beaucoup de labels vous ont approché, non ?

Larry Gold : Peter, le créateur du label, était à Philly pour travailler avec Jazzy Jeff et il m’a demandé si je serais intéressé…J’avoue que je n y avais pas vraiment pensé avant sa demande, je suis toujours si occupé. J’ai adoré ça et maintenant, j’ai même un nouveau projet de disques avec d’autres artistes de la ville.

Quels sont vos proches dans l’industrie du disque ?

Larry Gold : A présent, mes amis les plus proche sont les jeunes avec lesquels je travaille. Ils me permettent de rester fort. Grâce à eux, je me sens aussi jeune qu’ils le sont. Quand j’ai ouvert mon studio, je ne pensais vraiment pas qu’il deviendrait un centre si essentiel pour l’activité musicale. Je suis constamment concentré pour garder cette émulsion avec eux tous.

Quel est votre opinion sur l’industrie du disque aujourd’hui ? Aspects négatifs et positifs comparé à la période de vos débuts.

Larry Gold : D’un point vu purement artistique, il y a eu des gens talentueux dans chaque génération avec le même besoin : S’exprimer. Quand les technologies changent, ces musiciens, producteurs et chanteurs doivent changer avec elles. J’essaie de vivre avec mon temps. J’évite de passer trop de temps à penser au passé. J’évite de juger si ces changements sont bons ou pas. A l’époque, on avait pour habitude de dire que tu vaux juste ce que ton dernier disque a montré…En tant que musicien, je suis toujours à la recherche de la prochaine note, de la prochaine phrase !
 

Texte et Interview par Christophe A

>> La discographie de Larry Gold



About the Author

Fonkadelica
L'équipe de Fonkadelica vous propose parfois des chroniques communes, après des débats endiablés, et des empoignades musclées ! La raison du plus fort finit toujours par l'emporter ! ( A moins que ce ne soit la majorité !).




 
Derniers articles
 
 

 

PEOPLE’S CHOICE : L’anthologie 1971-1981

Tweet Email CevherShare Tweet Email BBR nous régal encore avec une belle anthologie  au son remasterisé, du groupe PEOPLE’s CHOICE. Groupe créé par Frankie Brunson, à Philadelphie aux Etats-Unis, il fut un des pilie...
by Fonkadelica
0

 
 

HANNAH WILLIAMS en INTERVIEW (Février 2017)

Tweet Email CevherShare Tweet Email Nous avons rencontré une des stars montantes de la Soul, et du deep-funk. Miss Hannah WILLIAMS nous a reçu en toute humilité et se confie sur son parcours musical et personnel. Rencontre &...
by Fonkadelica
0

 
 

Les 40 ans de BANDA BLACK RIO, pionniers du samba-funk : INTERVIEW

Tweet Email CevherShare Tweet Email Sur les traces de son père le saxophoniste Oberdan Magalhaes, aujourd’hui décédé, William Magalhaes a repris le mythique groupe carioca Banda Black Rio. Quand la samba funk des ann...
by Julien Le Gros
0

 




0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire