FONKADELICA
Webzine Funk Soul & Groovy


Interviews

4 septembre 2016

JAMIE LIDELL présente son LP « Building a beginning » – Interview !

Interview réalisée à Paris par Billy Jack le jeudi 1er septembre 2016, pour Fonkadelica, pour promouvoir la sortie du nouvel album de Jamie Lidell !

BJ : Premièrement je dois te dire que ton nouvel album m’a déjà laissé forte impression et  j’ai hâte de le réécouter.

Cet album donc « Building a beginning » est vraisemblablement ton projet le plus autobiographique, très inspiré par ta récente paternité de ton petit Julian, la production de ton album précédent était intimement liée à ton nouveau logement à Nashville. As-tu toujours réalisé tes albums dans cet esprit là de « caméléon du moment » ? ou tu estimes que c’est un cap que tu n’ as que récemment franchi ?

JL : La naissance de mon fils (et c’est le 1er) m’a fortement influencé pour ce projet ; et en ce qui concerne ma façon de travailler je fonctionne effectivement beaucoup à l’instant ! par exemple là nous sommes assis sur une terrasse d’un hôtel, et si je devais me mettre à composer là,mon inspiration viendra en tout ou partie de ce même lieu, après c’est pas qu’une histoire de lieu en lui même, ce sont aussi les histoires tout autour et de ce que je vis à l’instant.

BJ : Mais Nashville,Tennessee c’est quand même l’antre de la musique country, mais ton album de 2013 ne dégage pas cette musicalité! sommes-nous d’accord ?

JL : Oui, tu as raison, déjà la musique country ne m’a jamais vraiment intéressé, mais Nashville c’est plus que ça… par exemple quand tu écoutes certains titres d’Aretha Franklin qui est originaire du Tennessee, tel que « you make me feel like a natural woman » bien que composé par Carole king, tu ressens le blues, le gospel, le jazz, le R&B, la soul… en gros la musique de ce coin est très brassée à l’image de la mienne, mais j’avoue que je ne suis pas un adepte de la musique Country qui est effectivement omniprésente dans le coin.

Tu as écrit la majorité des titres de « building a beginning » en collaboration avec ton épouse Lindsey Rome qui est une graphiste plutôt qu’une musicienne ; Peux-tu nous parler du processus créatif de cette collaboration atypique ? au-delà des textes par exemple, Lindsey a-t-elle eu un impact sur les choix mélodiques ? si oui, de quelle(s) manière(s) ?
C’est vrai c’est une graphiste, et elle est très talentueuse dans son domaine, mais bien plus aussi… et si elle n’avait pas la fibre musicale, crois-moi que nous ne serions pas ensemble,elle est très cultivée dans ce domaine et a une oreille assez spéciale. Quand je compose elle n’est jamais vraiment loin et me dit quand je tiens une bonne idée, un bon accord… tout comme elle me signale quand cela est à parfaire, donc quand je boucle un titre c’est toujours après son aval, surtout que cet album parle aussi de notre histoire à nous…. je l’appelle ma « super productrice » (rires)
Le visuel de la pochette de ce nouvel album a visiblement une forte portée symbolique, peux-tu nous préciser quelques détails conformément au concept général de l’album ? et est-ce donc une création de ta femme qui est graphiste ?
Non c’est une œuvre de l’artiste Michael Carney, qui est le frère de Patrick Carney (le batteur des Black keys) J’ai préféré confier ce travail à quelqu’un d’autre que Lindsey pour éviter d’être dans une posture de « boss » vis à vis d’elle… tu imagines si elle devait me proposer une liste de ses créations que j’aurais trouvée pas assez pertinente pour le concept, j’aurais eu du mal à lui dire à chaque fois non et non.
Et pour les détails du graphique, le fond est rouge car il paraît que c’est la couleur qui stimule le plus les petits enfants. C’est donc de cette couleur car comme tu sais c’est inspiré de mon fils Julian. Et pour la plante représentée au centre, ce n’est pas une feuille de marijuana hein (rires) elle est inspirée des illustrations du livre pour enfants « The very Hungry Caterpillar » (en VF : la chenille qui fait des trous  NDLR) c’est un vieux livre des 70’s de l’auteur Eric Carle.

jamie lidell 2016 intw2

« walk right back  » Le premier extrait de ton nouvel album est un des rares morceaux à la veine funky dans la lignée de ton album éponyme de 2013, et on sait qu’à l’époque tu avais dû écarter un certain nombre de titres pour n’en garder que finalement 11. « Walk right back » ou un autre morceau  quelconque fait-il partie de ces chutes ?

non non, rien à voir. Pour ce nouvel album j’ai composé 82 morceaux ,dont des démos,des instrumentaux et une bonne vingtaine de titres finalisés mais toujours inédits. Tous les titres ici présents ont moins de 2 ans.

Tu as déjà 16 ans de carrière,mais reste assez underground pour le public français ; Récemment ton travail avec la chanteuse Lianne La Havas t’a valu une nomination aux grammys awards. Y’a-t-il d’autres artistes en vogue avec qui tu souhaiterais collaborer pour ne serait-ce qu’agrandir ton audience ?

C’est vrai que le public français n’est pas celui qui me connaît le mieux,mais je dois dire que je ne fonctionne pas avec ce genre de critères dans la tête lorsque je dois travailler. Si j’ai une bonne connexion mutuelle avec un artiste plus ou moins populaire,on pourrait envisager des choses ensemble. C’est pareil si ça devait se faire avec un artiste même débutant ou inconnu. Par exemple j’apprécie beaucoup une jeune chanteuse américaine nommée Kehlani Parrish, elle est très douée et a de l’avenir, vous la connaissez peut-être déjà pour son duo « The way » avec Chance The rapper ? mais croyez-moi,allez voir sur youtube elle fait de très belles choses et je collaborerais peut être un de ces jours avec elle.

En 2013 tu avais cité Janet Jackson, période 80’s (« control », « rythm nation ») comme source principale d’inspiration, cette fois as-tu produit ce nouvel album avec une influence artistique particulière ? si oui, laquelle ?

Oui c’était bien le cas pour Janet et cette musique funky de l’époque. Cette fois pour ce nouvel album je me suis beaucoup inspiré de Stevie Wonder. Je l’adore, c’est un de mes  « héros » favoris, il fait une musique positive, magnétique je dirais même magique, et puis c’est bien représentatif de mon état d’esprit du moment, je veux dire la symbiose existante entre ma famille et moi. C’est un peu ça le pouvoir de sa musique !

Tu avais dit que ta première rencontre avec Prince avait été une déception et que tu espérais à nouveau le rencontrer. Il y a quelques mois il nous a malheureusement quittés, as-tu des anecdotes à partager sur cette espèce de rendez-vous manqué ?

Oui, grand moment de solitude ! C’est la chanteuse Janelle Monaé qui nous avait présentés, mais Prince a eu une attitude très distante, il n’a même pas daigné me regarder dans les yeux, tout au contraire il n’a qu’été fuyant et limite méprisant. Imagine, Janelle lui dit « Prince voici Jamie, tu te souviens on était le voir en concert à Los Angeles? » Et prince a répondu à Janelle sans même me regarder « ahh oui, le gars au costume loufoque?! » certains de mes amis m’ont souvent aussi dit que j’ai parfois des costumes étranges dans le genre donc il avait peut être raison, mais il a eu une attitude de « salle gosse » ce jour là, mais je l’adorais et il restera un de mes modèles sur le plan artistique. Avec le recul, aujourd’hui j’en rigole. Plus tard, j’ai fait la première partie d’un de ses concerts en Belgique en 2010, il y avait aussi Larry Graham qui faisait partie de la programmation de cette première partie.

Peut être que tu pourrais alors ressortir ce costume pour ton prochain concert à Paris pour lui rendre hommage non ? (rires)

hum….Oui je vais peut être y réfléchir (rires)
On te connaît très adepte de la drum machine et de ce son funky à la Prince justement,mais cet album sonne davantage soulful, très mélodieux avec ta voix très mise en avant. Etait-ce un choix délibéré ou c’est juste le fruit de ton influence sur le moment ?
Oui, comme je disais tantôt, j’ai composé plus de 80 titres pour cet album,certains sonnaient parfois trop électro par rapport au concept, donc j’ai dû en écarter plusieurs, tout en essayant de coller à l’ambiance principale. Tu sais c’est un album que j’ai principalement réalisé avec la collaboration de ma femme, mais aussi une vingtaine de musiciens… il y a Pino Palladino qui joue de la basse sur 3 morceaux et d’autres ont eu des idées plaquées ici et là…. tu vois c’est un projet d’ensemble qu’on a souhaité cohérent et ok pour tous.
Ton titre « compass » avait été utilisé en 2010 pour la bande son du jeu vidéo « Red dead redemption », un nouveau volet de ce jeu de western va dans bientôt sortir, as-tu l’intention de réitérer prochainement ce genre de collaboration dans le monde du jeu vidéo qui est un média où sont représentés de plus en plus d’artistes ? si oui, dans quel jeu ?
Je n’ai pas eu de nouvelles propositions pour l’instant,mais je rajoute que les mêmes qui avaient utilisé « compass » (les studios de jeux vidéo Rockstar Games NDLR) ont aussi récemment utilisé mon titre « runaway » pour leur jeu Grand theft auto 5. Financièrement parlant c’est intéressant de travailler avec cette industrie, mais tu n’as aucun contrôle,on te demande un certain nombre de titres que tu fournis sans même savoir ce qu’ils vont utiliser ou pas, parfois même ils n’utilisent rien, et si tu veux trop t’immiscer dans leurs affaires, ils te remercient et vont voir ailleurs car ils savent le vivier artistique qui est à leur portée. De même que si tu veux renégocier ton cachet ils peuvent rapidement te claquer la porte à moins que tu ne sois aussi influent qu’eux pour entamer de sérieuses discussions.
Le 21 Octobre prochain tu joueras ici à Paris au Trianon, qui est une salle qui a déjà vu des artistes majeurs de funk s’y produire tels que George Clinton, Bootsy collins ou Larry Graham, que pourrait-on dire au public néophyte qui te découvre encore pour le convaincre d’assister à ton spectacle ?
Vous pouvez leur dire que le groupe est très au point, on sera 8 sur scène… et je peux vous garantir que ça ne laissera personne indifférent, Daru Jones qui est simplement un des meilleurs batteurs au monde est avec nous, Owen Biddle l’ex bassiste de The Roots est également là, Marcus Machado le guitariste qui monte sera de la partie, on a des ex choristes de Chaka Khan. Récemment on a assuré la première partie de Herbie Hancock à un festival à New york devant 80 000 personnes, idem on a donné de notre meilleur à un festival en Belgique devant des foules. Je peux vous dire que le groupe ce sont des pointures et il y a de la qualité ,venez nous voir et vous ne serez pas déçus !
Merci beaucoup pour cet échange passionnant et de ton temps accordé,tu as tellement été généreux dans la discussion que je n’ai pas pu tout prendre comme notes, mais j’ose faire confiance en ma mémoire (rires)
Ah c’est donc toi Truman Capote ? (rire collectif)  le plaisir était pour moi,et à bientôt au concert !

L’album sort le 14 octobre 2016. En voici la pochette :

jamie lidell cd 2016



About the Author

Fonkadelica
L'équipe de Fonkadelica vous propose parfois des chroniques communes, après des débats endiablés, et des empoignades musclées ! La raison du plus fort finit toujours par l'emporter ! ( A moins que ce ne soit la majorité !).




 
Derniers articles
 
 

 

FONKADELICA webzine : c’est fini !

Voilà c’est fini ! Après bientôt 18 ans de bons et loyaux services dans le cadre de la promotion de la soul, du funk et de tous leurs dérivés, c’est avec regret, mais aussi beaucoup de bons souvenirs que l’...
by Fonkadelica
3

 
 

Fonkadelica Radio Show – spécial Northern Soul

01. Martha And The Vandellas – Dancing In The Street (Gordy / Motown, 1964) 02. The Isley Brothers – This Old Heart Of Mine (Motown, 1966) 03. The Velvet Satins – Nothing Can Compare To You (General American, ...
by Fonkadelica
0

 
 

[Compilation] AFRICAN SCREAM CONTEST 2 : la suite tant attendue !

Une décennie après la sortie du premier volume, African Scream Contest, le label Allemand, Analog Africa, fait paraitre la suite de cette compilation sous le nom d’African Scream Contest 2. Quatorze titres composent ce ...
by Fonkadelica
0

 




10 Comments


  1. Thank u @JamieLidell this « truman capote » https://t.co/7idVwPBQ9T see you soon in paris #LeTrianon



Laisser un commentaire