FONKADELICA
Webzine Funk Soul & Groovy


Interviews

21 février 2017

HANNAH WILLIAMS en INTERVIEW (Février 2017)

Nous avons rencontré une des stars montantes de la Soul, et du deep-funk. Miss Hannah WILLIAMS nous a reçu en toute humilité et se confie sur son parcours musical et personnel. Rencontre – INTERVIEW menée par Olivier GESTIN pour fonkadelica :  Disponible en deux langues 😉

FONKA (Olivier) : 

Tell us about your life before your first album. Were you singing, did you have a band ?

Peux -tu nous en dire plus sur ta vie avant le premier album ? Est-ce que tu chantais, étais-tu déjà dans un groupe ?

HANNAH : 

I have sung my whole life. My father was a priest so I grew up in church and I learned so much about music through choral singing and I still do quite a lot that now, and I run choirs.

I was surrounded by lots and lots of types of different music during my early life.

I had never been in a band before Hannah Williams and the Tastemakers so “A Hill of Feathers” was the first album I made with a band. But before that I was writing a lot of music, just for myself, folky and poppy stuff.

J’ai chanté toute ma vie. Mon père était un prêtre, j’ai grandi dans une église et j’ai tant appris sur la musique à travers le chant en choral et je continue de faire ça aujourd’hui en dirigeant moi-même des chorales.

Je n’ai jamais été dans un groupe avant Hannah Williams and the Tastemakers donc “A Hill of Feathers” a été le premier album que j’ait fait avec un groupe. Avant ça, j’écrivais beaucoup de musique, juste pour moi, des choses folk et pop.

Did you record yourself ?

Est-ce que tu as des enregistrements de cette époque ?

Just a little bit. But I always knew that music would be my life. I knew that singing was going to be it.

Quelques uns. Mais j’ai toujours su que la musique allait être ma vie. Je devais chanter.

Why did you choose a different band for the second album ? Was it a recommendation from your label, or your own choice ? 

Pourquoi as-tu choisi un groupe différent pour le second album ? Etait-ce une recommandation de ton label, ou un choix personnel ?

It was a choice and a necessity. Fortunately, it’s been amazing but to make a very long story short: three and half years ago I had a little boy, Leo, who is absolutely amazing, he’s changed my life in so many ways. And when I got pregnant, Nick, my previous songwriter and band leader was like “I’m going to move on a different project” and he now runs a fantastic band called Ephemerals with Adam, my guitarist and James my keys player who are also in that band.

I thought at that point “we’re done, that’s it, the end”, and James had just joined the band as our piano player and he told me “No, you’re crazy, of course we won’t stop, let’s carry on”.

I answered: “If you’re happy to wait for me to have my child, be a mommy for a little while, we can carry on. Give me 6 months and we’ll get back on the road.” Which we did.    

He’s my savior, because not only did he keep everything going but he wrote me loads of new songs which I love, and a majority of the second album. An incredible songwriter, musician, just the best pianist I’ve ever met.

As well as that, a lot of previous members of the Tastemakers moved on to other things. A lot of them weren’t full time musicians. We did a few nice gigs around Europe and then they went their separate ways. And effectively James reformed the band with people that he knows from Bristol, the guys that you’ll see in front of you tonight. They’ve become my best friends.

The reason behind the name change is that it’s totally different: it’s not Hannah Williams and the Tastemakers anymore, it’s a different unit, a completely different project, a different sound, different writers. The only thing that’s the same is me!

We were at great pains to find a name that worked. For literally a year, we had a list the length of my arm with how many names… And I said, ok, I’ve had enough, I’m picking a name, and I came up with the Affirmations. I picked that name because it genuinely came from the heart: these guys have been with me through pretty tough times, it has been difficult. I know people do it all over the world, every single day in much more difficult jobs than mine but getting back on the road, having lost my songwriter and having had a baby, being away from him… These guys literally picked me up and put me back together again, on a daily basis. They just affirm everything that I believe in, and they’ve become my best friends and I love them dearly. What a better name? You are my Affirmations.

C’était un choix et une nécessité. Heureusement, cela n’a été que du bonheur mais voici ce qui s’est passé en quelques mots : il y a trois ans et demi, j’ai eu mon petit garçon, Leo, qui est adorable et qui a profondément changé ma vie. Quand je suis tombée enceinte, Nick, mon compositeur et le leader du groupe a décidé de poursuivre d’autres projets. Aujourd’hui, il est derrière un superbe ensemble qui s’appelle Ephemerals en compagnie d’Adam, mon guitariste et James, mon pianiste.

Quand il m’a annoncé ça, j’ai pensé que c’était la fin mais James, qui venait à peine de rejoindre mon groupe, m’a tout de suite dit que j’étais folle de dire ça, bien sûr qu’on n’allait pas s’arrêter et qu’il fallait absolument continuer!

Je lui ai répondu que s’il était prêt à m’attendre le temps d’avoir mon bébé, que je puisse passer du temps avec mon enfant… en gros “Donne-moi six mois et on reprend la route”. Et c’est ce qu’on a fait.

James est mon sauveur : non seulement il a fait en sorte que la machine continue de tourner mais il m’a écrit beaucoup de chansons que j’adore et il a composé une majorité du contenu du second album. C’est un compositeur et un musicien incroyable, le meilleur pianiste que j’ai connu.

En plus de cela, plusieurs anciens membres des Tastemakers sont aussi partis pour suivre d’autres aventures. Plusieurs d’entre eux n’étaient pas musiciens à plein temps. Nous avons pu faire quelques concerts sympas en Europe mais après chacun a suivi son chemin. Et c’est James qui a carrément rassemblé le groupe avec ses connaissances de Bristol, ceux-là même qui seront sur scène ce soir. Ils sont devenus mes meilleurs amis.

La raison derrière le changement du nom est qu’il s’agit d’un groupe complètement différent : ce n’est plus Hannah Williams and the Tastemakers, c’est un ensemble différent, un projet, un son, des compositeurs différents. La seule chose qui est restée la même c’est moi!

Nous avons eu du mal à trouver un nom qui fonctionnait. Pendant pratiquement une année, nous avions une liste longue comme mon bras avec plein de propositions. Et à un moment je me suis dit qu’il fallait trouver quelque chose et je me suis décidée sur The Affirmations. J’ai choisi ce nom parce qu’il venait sincèrement du fond de mon coeur : ces gars m’ont accompagné pendant des moments difficiles. Je sais que d’autres y arrivent dans des conditions encore pires mais il s’agissait de pouvoir refaire des tournées après avoir perdu son principal compositeur, après avoir eu un enfant, ce qui voulait dire s’en éloigner pour pouvoir remonter sur scène… Ils m’ont véritablement aidé à me relever et à me recomposer, jour après jour. Ils affirment tout ce en quoi je crois, ce sont mes meilleurs amis et je les aime énormément. Quel meilleur nom choisir? Vous êtes mes Affirmations.

Even your voice changed for this album. Is it because of you, or your keyboardist ?

Même ta voix a changé pour cet album. Est-ce que cela vient de toi ou de ton claviériste ?

I think it’s a bit of both. First of all, during the first album, I smoked quite a lot. I gave up and that changed my voice a lot. Having a baby changed my voice a lot. But mostly it was a desire to stretch my vocal range and become a more technical singer and engage more techniques to actually save my voice more than anything. It’s really hard work, I love it, it’s amazing.

Un peu des deux. Tout d’abord, je fumais beaucoup pendant le premier album. J’ai arrêté et cela a beaucoup changé ma voix. Avoir un enfant a aussi beaucoup changé ma voix. Principalement, c’était un désir d’élargir ma tessiture, de devenir une chanteuse plus technique et d’utiliser ces techniques pour sauvegarder ma voix plus que tout autre chose. Cela demande beaucoup de travail mais j’aime ça, c’est magnifique.

But we don’t perceive it like that…

Mais on ne le perçoit pas vraiment comme ça…

It’s a lot of effort. One hundred percent it comes from the heart but I also have to switch my brain on and remember… I can’t just scream. I’ve only learned how to breathe properly in the last two years.

Il y a beaucoup d’effort derrière. Ca vient à 100% du fin fond de mon coeur mais je dois aussi faire en sorte que mon cerveau se rappelle que je ne peux pas juste crier… Cela fait à peine deux ans que j’ai appris à respirer comme il le fallait.

Do you think you have to forget the technique when you sing ?

Est-ce qu’il faut oublier la technique quand on chante ?

For it to be a proper performance, you have to. But to be able to get to that stage, you have to practice a lot and it becomes second nature, you don’t think about it anymore, it just happens.

So learning how to breathe was literally retraining myself how to breathe.

Il le faut pour que cela soit une vraie performance. Mais pour atteindre ce niveau, il faut s’y atteler et s’entraîner beaucoup jusqu’à ce que cela devienne une seconde nature. Tu n’y penses plus et ça se passe. Donc il s’agissait vraiment de réapprendre à respirer.

Are the songs from the new album more difficult for you to sing live on stage ?

Est-ce que les chansons du nouvel album sont plus difficiles à chanter live sur scène ?

No… I wouldn’t say it’s easier but I feel very connected with it.

The difference between the first and the second album is palpable, obvious. But for me, the process of writing that album was such a shared experience between every member of the band and Malcolm Catto the producer.

Ultimately I had more of a connexion with it because I was so involved in the creation of the songs and that’s been really enjoyable.

Non… Je ne dirai pas qu’elles sont plus faciles mais que je me sens très attachée à ces morceaux. La différence entre le premier et le second album est palpable, évidente. Mais je pense que toute l’écriture de cet album a été une expérience partagée par tous les membres du groupe et Malcolm Catto, le producer.

En fin de compte, je m’y sens plus attachée parce que j’étais tellement impliquée dans la création des morceaux, ce qui a été particulièrement plaisant.

How did the keyboardist choose all the other musicians in the band ?

Comment est-ce que le claviériste a choisi les autres musiciens du groupe ?

They are James’ friends. It was natural, organic, and that’s why I think we work so well as a band. We’re all just really close and really good friends. Tonight our sax player is not our normal sax player but he’s a friend… Every time somebody comes in, there’s a personal connexion, they’re not just musicians, people that are paid to come in. They’re here because they want to be and they love the music and that’s really important.

Ce sont les amis de James. Cela s’est fait naturellement, de manière organique, et c’est pour cela que je pense qu’on fonctionne tellement bien en tant que groupe. Nous sommes très proches et de très bons amis. Ce soir, le saxophoniste n’est pas notre saxophoniste habituel mais c’est un ami… A chaque fois que quelqu’un nous rejoint, il y a une connection personnelle, ce ne sont pas juste des musiciens, rémunérés pour leur présence. Ils sont là parce qu’ils ont en envie, qu’ils aiment la musique et c’est très important.

Tell us about that Spanish instrumental song…

Peux-tu nous en dire davantage sur le morceau espagnol…

It’s amazing! The only thing I had to do with that is the name… I named it “7am To Sevilla”.

Because when I heard it, I told myself “Oh my god, it makes me think of running for the plane, going to miss the flight… Go!!!”. The real kind of mania that comes with being on tour.

And obviously in Spain we’ve got an amazing following, fantastic fans… “7am To Sevilla”!

Adam, my guitarist just came up with this amazing riff and it grew from there… He plays like I sing.

Il est magnifique! Ma seule contribution a été le titre… Je l’ai appelé “7am to Sevilla”.

Quand je l’ai écouté pour la première fois, je me suis dit : “Oh mon dieu, ça me fait penser au fait de courir pour ne pas rater un avion… Aller!”. Cette véritable frénésie qui vient avec les tournées.

Et bien sûr, nous avons un public magnifique en Espagne, des fans fantastiques… “7am To Sevilla”!

Adam, le guitariste, a concocté ce superbe riff et tout s’est construit à partir de là… Il joue comme moi je chante.

Let’s talk about the song you covered. Whose idea was to cover a Led Zeppelin song and why this one in particular ?

Parlons du morceau que vous avez repris. Qui a eu l’idée de faire une reprise de Led Zeppelin et pourquoi ce titre en particulier ?

I don’t know… We didn’t want to do something obvious, another soul song. Because if it was just another soul song we might as well write another soul song instead of singing somebody else’s.

It’s blurry, I can’t remember. It kind of feels like that song chose us. We’ve been talking about a lot of different things and what we might do because our record label always likes there to be a cover.

So the first time we did “Good Woman” by Barbara Lynn and for the second album we’ve done “Dazed and Confused”. Totally different obviously but we were all Led Zeppelin fans even if only loosely, we liked their music. We’ve been talking about doing “Since I’ve Been Loving You” which is more ballady and when we went to the studio with Malcolm and the boys started jamming all these little snippets of Led Zeppelin tunes and they came across “Dazed and Confused”. And Malcolm went “That’s the one!”.

It was a choice but it wasn’t entirely our choice… some sort of message from the heavens. And what a song! And the fact there’s such controversy around the song because of the fact that Jake Holmes wrote it but it actually belongs to Led Zeppelin and Jimmy Page. It wasn’t an obvious choice, it even was sort of awkward doing that song.  

I think our version is really great and the horns section is fantastic. All of the backing vocals we wrote in the studio… an amazing experience.

Je ne sais pas… Nous ne voulions pas faire quelque chose de bateau, une autre chanson soul. S’il s’agit de faire une autre chanson soul, autant l’écrire nous-mêmes au lieu de reprendre celle de quelqu’un d’autre. Mes souvenirs sont flous, je n’arrive pas à me rappeler… c’est comme si c’était la chanson elle-même qui nous avait choisi. Nous avions eu pas mal de discussions sur ce que nous allions faire car notre label nous encourage à faire des reprises. Pour le premier album nous avons fait “Good Woman” de Barbara Lynn et là, pour le second album c’est “Dazed and Confused”. Rien à avoir évidemment mais nous étions tous des fans de Led Zeppelin, à des degrés différents, on aimait leur musique. Les premières discussions avaient tournée autour de “Since I’ve Been Loving You” qui est plutôt une ballade mais lorsqu’on est arrivé au studio avec Malcolm, les garçons ont commencé à jouer plein de petits extraits de Led Zeppelin. Quand ils sont arrivés à “Dazed and Confused”, Malcolm s’est dit “Voilà le morceau!”.

Ce fut un choix mais pas totalement… un message des cieux en quelque sorte. Et quel morceau! Avec en plus sa part de controverse vu qu’il a été écrit par James Holmes mais qu’il appartient à Led Zeppelin et Jimmy Page. Ce n’était pas le choix le plus évident, c’était même un choix délicat pour une reprise.

Je pense que notre version est superbe et que la section des cuivres et fantastique. Nous avons écris tous les choeurs au studio… Une expérience magnifique.

You made it a soul song…

Vous l’avez transformé en une chanson soul…

It’s got to be interpreted. To just copy something is bullshit. To copy something without any original thought, any creative input… So we changed a lot: there is not a huge amount that is exactly the same. There’s the riff obviously, the lyrics and a lot of the melody that are pinned down to the original.

Il faut que ca soit interprété. Simplement copier c’est du n’importe quoi… copier sans une réflexion originale derrière, sans apport créatif… Donc on changé plein de choses : il n’y quasiment rien qui soit conforme. Il y a le riff évidemment, les paroles et une bonne partie de la mélodie qui sont restés fidèles à l’original.

What kinds of music are you listening to ? Where do you get inspiration ?

Quel genre de musique écoutes-tu ? D’où puises-tu ton inspiration ?

I listen to a lot of classical choral music because that’s a big part of my day job. I run the music department at the University of Winchester and I run lots of choirs so I spent a lot of time listening to that. But I listen to a lot of electronica, experimental music, soul, funk, gospel, some kind of pop. I’m also a big classic rock fan. My husband and I spend a lot of time listening to Thin Lizzy, Whitesnake, glam rock type bands. But I also like up and coming British artists like London Grammar and Radiohead. So I listen to a lot of quite depressing, sad, emotive music. But on the flip side, I love Afrobeat and rock, heavy music that gets me going. I listen to everything, whatever I fancy, all the time, at my desk, in my car… At home not so much actually, that time I spend it with my family.

My inspirations have come from everywhere. Particularly, just to name a few: Charles Bradley, Sharon Jones, Etta James, Ella Fitzgerald, Nina Simone, Minnie Riperton, Bill Withers, Otis Redding, Marvin Gaye, and people like Jamie Lidell, Imogen Heap… Thousands of people that made ask myself “What is it in your voice, what is it in your lyrics that get me?”.

Bill Withers’ “She’ll be Happier”, the live version in Carnegie Hall, in the sixties… that song breaks my heart every time, it’s my favorite soul tune and it’s the simplest soul tune. He is such a tour de force…

Huge inspiration from all of those people.

J’écoute beaucoup de musique chorale classique parce que cela représente une grosse partie de mon emploi “gagne-pain”. Je dirige le département de musique à l’Université de Winchester et je dirige plusieurs chorales donc je passe pas mal de temps à écouter ce type de musique. Mais j’écoute aussi de la musique électronique, expérimentale, soul, funk , gospel, de la pop. Je suis aussi une grande fan de classic rock. Nous passons notre temps à écouter, mon mari et moi, des groupes comme Thin Lizzy, Whitesnake, toute l’époque glam rock. J’aime aussi des nouveaux groupes de la scène anglaise comme London Grammar et aussi Radiohead. Ce qui fait que j’écoute beaucoup de musique déprimante, triste, chargée d’émotion. Mais d’un autre côté, j’adore l’Afrobeat et le rock, de la musique heavy qui me fait bouger. J’écoute de tout, ce dont j’ai envie, tout le temps, au bureau, en voiture… Peu à la maison, je consacre ce temps là à ma famille.

Mes sources d’inspiration viennent de partout. Si je dois en nommer quelques unes : Charles Bradley, Sharon Jones, Etta James, Ella Fitzgerald, Nina Simone, Minnie Riperton, Bill Withers, Otis Redding, Marvin Gaye, et des gens comme Jamie Lidell, Imogen Heap… Des milliers d’artistes pour qui je me pose la question : “Qu’est ce qui fait que ta voix, tes paroles me touchent?”

“She’ll be Happier” de Bill Withers, la version live au Carnegie Hall dans les années soixantes… à chaque fois ce morceau me fend le coeur, c’est ma chanson soul préférée et c’est la plus simple. Quel tour de force…

Énormément d’inspiration de tous ces artistes.

Why don’t you play any song from your first album ?

Pourquoi ne jouez-vous pas des morceaux du premier album ?

It’s not the same band! We will be playing a bit more from the first album but we spent the last three years writing, recording, practicing and playing this…

Probably in Germany and in Greece, where we’ve been huge with “Work it Out”, our first single… They’ve said “Please play stuff from your first album”.

Ce n’est plus le même groupe! Nous jouerons quelques morceaux du premier album mais cela nous a pris 3 ans à écrire, enregistrer, répéter et jouer celui-là…

Peut-être en Allemagne et en Grèce où nous avons eu beaucoup de succès avec “ Work it Out”, notre premier single. Ils nous ont demandé de jouer des extraits du premier album.

And what about for the next tour, next year ?

Peut-être que ce sera pour la tournée de l’année prochaine ?

We’re a very progressive band and as much as I respect that people want to hear stuff from our first album, we’re already working on album #3. We want to carry on with that momentum, riding that wave, and keep creating new stuff. As soon as we’ve got something that we’re proud of, we want to show you.

Nous sommes un groupe qui va de l’avant et même si je respecte le désir du public qui veut écouter des morceaux du premier album, on est déjà en train de travailler sur l’album #3. On veut poursuivre sur notre lancée, se faire porter par la vague et continuer de créer de nouvelles choses. Dès qu’on a quelque chose dont on est fier, on veut la partager avec le public.

So that means you had some material you didn’t use for this album ?

Est-ce que cela veut dire qu’il y a des morceaux que vous n’avez pas utilisés pour cet album ?

Yes, quite a few, maybe five… maybe you’ll see them on the third, maybe…

Oui, quelques uns, peut-être cinq… Peut-être que vous les verrez dans le troisième… peut-être…

What was your favorite show during this tour ?

Quelle a été ta date préférée lors de cette tournée ?

Every country is so different, we find a different appreciation, a different reception of what we’re doing. In Italy, everybody tends to be very very serious about their music and they just watch every single thing.

In Spain, everybody has an amazing party and lots of “We love you! Play this…! More….!”.

Coming to Europe and having that appreciation, the respect of emotional music is phenomenal.

We’ve played in this venue before in Zaragoza and it was an amazing show.

And last year we played in Enclave de Agua in Soria… 5,500 people… greatest show of my life.

And the same thing happened there that happened last night with “Only with You”… not a sound… amazing! And the same thing happened at the end with 5,500 people going “Youuuuuuuu…”.

The most emotional, incredible reception and it’s why I want to do this. I don’t have a big ego, I don’t do it because I want everybody to love me, it’s not about that. It’s that I have so much joy in giving other people this music that people I love have written and that I have invested so much love into. Being able to help people to express bad shit as well as have a good time. That’s why I do it and I love it.

In Europe, people are so appreciative, loving and supportive, so I can’t possibly pick a country that I love more than the other…

Chaque pays est tellement différent, nous trouvons à chaque fois une appréciation et une réception différente de ce que nous faisons. En Italie, les gens ont tendance à prendre leur musique au sérieux et font attention à tous les détails.

En Espagne, tout le monde fait la fête avec beaucoup de “On vous aime! Jouez ce morceau…! Encore…!”.

C’est phénoménal de pouvoir venir en Europe et d’avoir cette appréciation, ce respect pour l’émotion dans notre musique.

Nous avons déjà joué dans cette salle à Saragosse et c’était un concert magnifique.

L’année dernière, nous étions au festival Enclave de Agua à Soria… 5500 personnes dans le public, le plus beau concert de ma vie. Ce qui s’est passé hier s’est aussi passé là-bas avec le morceau “Only With You”… pas un bruit… magnifique! Et la même chose à la fin avec les 5500 personnes entonnant le “Youuuuuuuu…”.

C’était la réception la plus incroyable, la plus émotionnelle et c’est la raison pour laquelle je fais ce que je fais. Je n’ai pas un ego surdimensionné, je ne fais pas ça pour que tout le monde m’aime, ça. J’éprouve tellement de joie à donner cette musique aux gens, cette musique que des personnes que j’aime ont composé, cette musique dans laquelle j’ai mis tellement d’amour. Etre capable d’aider les gens à exprimer ce qui va mal mais aussi à leur faire passer de beaux moments. C’est pour ça que je fais ce métier et que j’aime ce que je fais.

En Europe, les gens sont tellement reconnaissants, aimants et nous soutiennent vraiment. Il m’est impossible de distinguer un pays par rapport à un autre.

Hannah, thank you very much. Have a good show tonight…   

Merci beaucoup Hannah. Bon spectacle pour ce soir…

Pour FONKADELICA : Olivier GESTIN – Romain Oszwald 

Traducteur : Hicham Laabi

>> Site web

>> Report photos des concerts Espagnols



About the Author

Fonkadelica
L'équipe de Fonkadelica vous propose parfois des chroniques communes, après des débats endiablés, et des empoignades musclées ! La raison du plus fort finit toujours par l'emporter ! ( A moins que ce ne soit la majorité !).




 
Derniers articles
 
 

 

FONKADELICA webzine : c’est fini !

Voilà c’est fini ! Après bientôt 18 ans de bons et loyaux services dans le cadre de la promotion de la soul, du funk et de tous leurs dérivés, c’est avec regret, mais aussi beaucoup de bons souvenirs que l’...
by Fonkadelica
3

 
 

Fonkadelica Radio Show – spécial Northern Soul

01. Martha And The Vandellas – Dancing In The Street (Gordy / Motown, 1964) 02. The Isley Brothers – This Old Heart Of Mine (Motown, 1966) 03. The Velvet Satins – Nothing Can Compare To You (General American, ...
by Fonkadelica
0

 
 

[Compilation] AFRICAN SCREAM CONTEST 2 : la suite tant attendue !

Une décennie après la sortie du premier volume, African Scream Contest, le label Allemand, Analog Africa, fait paraitre la suite de cette compilation sous le nom d’African Scream Contest 2. Quatorze titres composent ce ...
by Fonkadelica
0

 




0 Comments


Be the first to comment!


Laisser un commentaire