FONKADELICA
Webzine Funk Soul & Groovy


Interviews

25 février 2014

BRAND NEW HEAVIES : Le retour des ministres du Heavy Funk (Interview)

Les « Brand New Heavies » ont la banane et le prouvent avec « Forward » (voir notre chronique). Pour l’occasion ils ont embauché une nouvelle chanteuse : Dawn Joseph

Rencontre interview de Julien Le Gros pour Fonkadelica, au Trabendo à Paris avec le so british et dandy guitariste du groupe : Simon Bartholomew

Le titre « Forward » signifie t-il que les BNH vont de l’avant ?

Quand on a pensé au titre on voulait quelque chose de doux à l’oreille et de positif. On est de retour, dans une nouvelle période où l’on va produire plus de musique et plus rapidement. Faire un album par an au lieu d’en faire tous les sept ans. Désolé pour nos fans ! 

Pourquoi ce silence discographique de sept ans justement ?

Le monde a changé. Le business musical a traversé des péripéties négatives. Ces sept ans ont passé rapidement. On était partis en tournée. On travaillait. N’dea Davenport était occupée à faire d’autres projets. On avait du mal à se retrouver. On a trouvé cette nouvelle chanteuse: Dawn Joseph. Comme elle habite beaucoup plus près de nous on peut travailler plus facilement. N’dea vit en Amérique donc c’était problématique. C’est contraignant de faire prendre l’avion à quelqu’un, gérer les réservations d’hôtel. Et puis, ça coûte beaucoup d’argent de faire un disque. Sauf qu’on ne peut plus vendre de disques actuellement!  Le marché du disque n’est plus comme avant. C’est très dur de vendre des disques. Tout le monde peut se procurer de la musique gratuitement. Ça explique pourquoi on a mis autant de temps à refaire un album. 

Pourquoi ce son très disco sur l’album? Il y a notamment la reprise de « The players association » : « Turn the music up »

La musique moderne est de plus en plus produite avec des ordinateurs, des synthétiseurs. Comme on joue des instruments, basse, guitare, batterie de manière funky ça peut sonner comme à l’époque disco funk. Mais avant tout on joue de la musique. C’est juste de la musique! Si tu écoutes le duo suédois « Icona pop » ça sonne comme de la musique ancienne sur ordinateur avec des synthétiseurs. Quelqu’un en face d’un écran qui clique avec une souris. Si c’était joué avec une vraie batterie ça sonnerait différemment. Les techniques modernes de production sont incroyables. On est comme les « Rolling Stones ». Ils sonnent et ont toujours sonné comme les « Rolling Stones ». On fait comme eux. On ne se dit pas: « On devrait avoir ce son là. » On se réunit. On prend nos instruments et on joue. On est fan de la période du milieu des années 80 et de l’apport des synthétiseurs. Les années 90 ont apporté le sampler et la drumming machine. Ça a donné un son moderne. Mais fondamentalement la musique n’a pas changé depuis des milliers d’années. Les gens sont toujours en quête de de sexe, d’amour, de souffrance, de nourriture et expérience humaine !

Comment vous êtes vous associés avec Andrew Levy le bassiste et Jan Kincaid le chanteur-batteur en 1985 ?

On était à l’école ensemble dans la banlieue de Londres, à Ealing. On se retrouvait pour jammer. C’est une longue histoire qui est sur Wikipedia!  Rires! 

Pourquoi ce nom de « Brand new heavies » ?

On devait trouver un nom très vite. On avait la pression. Dans la pochette d’un album de James Brown il est dit : « James Brown est le ministre du suprême du nouveau Heavy heavy funk » On a tout simplement repris ça et appelé ça « Brand new heavies ». On a pensé à ça et c’était parti ! De l’ancienne mode aux « Brand new heavies »

Votre disque le plus abouti en tant qu’instrumentistes c’est « Heavy Rhyme experience vol 1 » avec une pléiade de Mc américains 

On a fait un gig à New York dans une salle appelée « Sound of Brazil ». A cette occasion, beaucoup de rappeurs sont venus sur scène comme Q Tip de « A Tribe called Quest ». On voulait enregistrer ça sur disque. On a été parmi les premiers à faire de la musique live en intégrant le sampling, des beats et des artistes Hip Hop: Guru, Main Source, Large Professor, Jamalski, Black Sheep, Grand Puba, The Pharcyde… C’est un de mes disques préférés. C’est très cool ! On reste très proches de ce qui se fait aux États-Unis. Une fois, on a fait une tournée avec George Clinton, Erykah Badu, The Roots et Cypress Hill. C’était étonnant. 

Vous avez eu plusieurs chanteuses (Siedah Garrett, Carleen Anderson, Nicole Russo) Le public a retenu N’Dea Davenport…

On a connu nos premières heures de gloire avec N’Dea Davenport: « Dream come true », « Brother sister », « Never stop ».. C’est pourquoi on s’en souvient. Mais notre plus grand succès : « You are the universe » c’était avec une autre chanteuse américaine: Siedah Garrett. Les chanteuses, au bout d’un moment, veulent partir et faire leurs propres expériences, leurs propres disques. Dans ces cas là, on continue et on trouve une autre chanteuse ! 

Comment avec vous vécu la vague de l’Acid Jazz ?

Ça s’est juste passé ! Je connaissais Jay Kay. J’ai joué avec Jamiroquai sur le premier disque à leurs débuts. L’Acid Jazz est à l’origine un label de disques: « The sound of Acid Jazz »  de Gilles Peterson et Eddie Piller. Piller gérait la bonne marche du label. Et puis les gens ont commencé à appeler cette musique: « Acid Jazz ». L’ «Acid Jazz » parle de la musique ancienne, la nouvelle et celle du futur. C’était expérimental. Mêler les choses démodées aux habits derniers cri. Une faune qui se rencontrait dans les boites de nuit pour la première fois. C’était un ambiance très multiraciale, multiculturelle, où l’on croisait plein de jolies filles ! Pendant les gigs on rencontrait des personnes intéressantes, des créateurs de mode, des amoureux de la musique, des artistes. C’était un mouvement cool. 

THE_BR~1 (2)

Vous êtes très associés aux années 90. Comment faites vous pour garder un son actuel ?

Selon moi l’idée de la modernité est vraiment une illusion. Je peux écouter Beethoven pour la première fois et c’est nouveau dans ma vie, à ce moment précis.  Quand je l’écoute je fais: « Waah » C’est étonnant. Ça change ma vie! » Alors que sa musique est vieille et date de centaine d’années! On  essaye de faire de nouvelles choses. Pourtant, jouer de la guitare, faire l’amour c’est démodé.  Avoir des enfants aussi. Mais les gens le font toujours! On n’essaie pas vraiment de se mettre au goût du jour. On a fait des remixes. Mais pour l’essentiel, je joue de la guitare. J’aime le son de la guitare, les rythmes funky. J’ai toujours autant de plaisir à écouter Jimi Hendrix. Je ne me demande pas si c’est vieux ou neuf. Sa musique date mais reste actuelle. Moi aussi, je vieillis ! Rires 

Selon vous en quoi se distingue la « Brit soul » ?

Dans la Soul britannique il y a une base Reggae. Il y a un son différent.  On témoigne à notre manière de notre respect à la Soul américaine. La « Brit Soul » est écoutée par le monde entier. C’est une musique de danse, de partage, de fête, belle à jouer et à partager partout dans le monde. C’est comme la Funk qui ramène tout le monde ensemble. Quand les « Brand new heavies » jouent sur un vieux Fender Rhodes, des claviers et tous les instruments c’est comme si on incorporait le mouvement « Nu Soul » à la Erykah Badu dans le style londonien. La musique marche par ricochets, d’avant en arrière : Bing bong badaboum. 

Comment composez-vous ?

On se voit avec Jan Kincaid et Andy Levy et on se met à jammer pendant des heures jusqu’à ce que quelqu’un dise: « Waah ça sonne bien! » Parfois on écrit nos propres parties instrumentales sur ordinateur. Mais rien ne remplace l’ambiance du live. On jamme sans cesse! Il faut écrire dans votre site: « Simon doit chanter! » Je veux chanter mais les autres ne me laissent pas ! Rires 

Quels sont vos projets ?

Je travaille sur un album disco avec différents chanteurs: Jocelyn Brown, Beverly Knight, Basement Jaxx, Omar Lyefook, Leo Sayer… J’ai un autre groupe très funky soul : « Akimbo » », avec Nick Van Gelder, le premier batteur de Jamiroquai. Je travaille beaucoup.

Qu’écoutez vous en ce moment ?

Je suis fan de Die Antwoord, un rappeur sud-africain. Sa musique est très excitante !

>> Site Officiel

>> Notre chronique de « Forward »



About the Author

Julien Le Gros
Je suis journaliste indépendant spécialisé dans les musiques noires, de l'Afrique en passant par les diasporas. Pigiste entre autres pour Afriscope Africultures Jazz Magazine Mondomix, j'ai pu interviewer de nombreux artistes internationaux comme Leon Ware, Patrice Rushen, Mulatu Astatké, Alpha Blondy, Malavoi, Femi Kuti, Jon Hendricks ou encore Hugh Masekela.




 
Derniers articles
 

 

FONKADELICA webzine : c’est fini !

Voilà c’est fini ! Après bientôt 18 ans de bons et loyaux services dans le cadre de la promotion de la soul, du funk et de tous leurs dérivés, c’est avec regret, mais aussi beaucoup de bons souvenirs que l’...
by Fonkadelica
3

 
 

Fonkadelica Radio Show – spécial Northern Soul

01. Martha And The Vandellas – Dancing In The Street (Gordy / Motown, 1964) 02. The Isley Brothers – This Old Heart Of Mine (Motown, 1966) 03. The Velvet Satins – Nothing Can Compare To You (General American, ...
by Fonkadelica
0

 
 

[Compilation] AFRICAN SCREAM CONTEST 2 : la suite tant attendue !

Une décennie après la sortie du premier volume, African Scream Contest, le label Allemand, Analog Africa, fait paraitre la suite de cette compilation sous le nom d’African Scream Contest 2. Quatorze titres composent ce ...
by Fonkadelica
0

 




17 Comments


  1. RT @Fonkadelica: #BRAND NEW HEAVIES : Le retour des ministres du Heavy Funk (Interview): Les « Brand New Heavies » ont… http://t.co/qL8gj…


  2. Diane, I can not tell you how beautiful this skirt is.. Looks terrific on you and what a great job on the embroidering that you put on your new skirt.Such a great idea, too. You really had me curious, as to what the lily pad photo [on your blog] had to do with this challenge.. That was a good on3e#82&0;your right..we would NEVER have guessed,ha. Happy sewing.. and your out fit looks great. A beautiful garden behind you too.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *